--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Henri Leclerc : "Il y a des moments où, quand on plaide, on se laisse emporter par le vertige de sa parole"

Henri Leclerc est un avocat pénaliste célèbre pour avoir défendu Richard Roman, Dominique Strauss-Kahn ou encore Véronique Courjault. Dans La Parole et l’Action (Fayard), sorti le 30 août, il livre ses mémoires et évoque sa jeunesse.

Henri Leclerc revient notamment sur une histoire qui l’a particulièrement marquée dans son enfance : le jour où on l’a accusé à tort d’avoir cassé une vitre. Il avait alors 11-12 ans et, pour obtenir la paix, il a reconnu avoir cassé cette vitre alors qu’il était totalement innocent. "C’est un moment qui a peut-être compté, surtout lorsque que j’ai défendu des gens qui ont avoué des choses horribles, raconte-t-il. La justice ne peut pas être rendue simplement sur la parole de celui qui est accusé."

"On défend l'homme et non le crime"

Henri Leclerc a plaidé cinq fois contre la peine de mort. Aucun de ses clients n'a été condamné à mort. Dans ses mémoires, il rappelle que "c’est l’homme qu’on défend, celui qui est accusé d’avoir commis le crime" et non le crime. "Alors, il y a plusieurs cas de figure, poursuit-il. Il peut être innocent et là c’est très lourd, mais il peut être coupable. S'il est coupable, il a le droit d’être défendu c’est-à-dire, que l’avocat est celui qui ne va pas crier avec les autres. L’avocat est justement cette espèce de voix contradictoire : il va permettre, à un moment donné, à la justice de passer."

L'avocat, qui a déjà défendu des clients arméniens ou corses jugés pour terrorisme, indique qu'il pourrait aussi défendre des jihadistes du groupe État islamique car "de toute façon, ils doivent être défendus", dit-il. Henri Leclerc salue d'ailleurs le travail des jeunes avocats de Paris commis d'office qui défendent ces terroristes. "Le seul problème est qu’ils sont jugés par des hommes eux aussi, déclare Henri Leclerc. On n’est pas en face d’un peloton d’exécution. Il faut effectivement que ces hommes aient l'ensemble de l'aspect de la personnalité. Le crime ne peut jamais envahir complètement la personnalité."

"Je regrette d'avoir blessé des gens"

Et s’il devait faire une mise à jour, que faudrait-il corriger, modifier ou effacer ? Henri Leclerc regrette d’avoir blessé des gens quelquefois au moment de plaider : "Il y a des moments où l'on dérape, reconnaît-il. Par exemple, des moments où, quand on plaide, on se prend pour un avocat et on se laisse emporter par le vertige de sa parole à dire n’importe quoi. Ce sont des choses que je regrette. Je regrette d'avoir blessé des gens quelque fois."

plus