--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Mémoire d'Info. Lors de la Coupe du monde 98, "j'étais sûr qu'on serait champion" raconte Jacques Vendroux

Jacques Vendroux est le patron des sports à Radio France, il a choisi de raconter à franceinfo l'un des moments les plus forts de sa vie, la Coupe du monde 1998 en France.


Jacques Vendroux, directeur du service des sports à Radio France.
Jacques Vendroux, directeur du service des sports à Radio France. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

"J'avais la chance d'être l'un des commentateurs du groupe Radio France et j'ai commenté dans mon pays, la victoire de mon pays", raconte Jacques Vendroux. C'est quelque chose "d’extrêmement rare".

Pour la Coupe du monde, franceinfo a "des moyens extraordinaires" et des "consultants incroyables", indique Jacques Vendroux. Il y a Jean Tigana, Michel Platini ou Yannick Noah. "On a pris la génération de sportifs précédente, celle de 1984, parce qu'ils ont été le détonateur du renouveau du sport français", précise-t-il.

"On est plus journaliste mais supporter"

Au moment où "on commente pour son pays", Jacques Vendroux le revendique, "on est absolument plus journaliste".

"Quand votre pays organise et joue la Coupe du monde, vous êtes forcement derrière lui", explique-t-il. Même si ce n'était pas la position d'autres journalistes sportifs, en particulier ceux qui laissaient entendre qu'Aimé Jacquet n'était pas bon comme certains journalistes du journal L'Équipe.

Au contraire, Radio France était totalement derrière l'équipe de France de football et son entraîneur. "On avait eu le titre de radio officielle de la Coupe du monde 98, et franceinfo diffusait tous les matchs en direct."

Le soir de la finale c'est "l'émotion incroyable"

Depuis le début, Jacques Vendroux était sûr de la victoire de l'équipe de France. Le soir de la finale, il est avec l'ex-rugbyman Serge Blanco, l'ancien footballeur Marius Trésor et Yannick Noah : "J'avais l'impression d'être un joueur de l'équipe de France, j'étais hyper motivé." Ensuite, Jacques Vendroux arrive au stade de France, et là encore le journaliste raconte l'ambiance, les signes et comment il sent la victoire des Bleus.

Quand sur la pelouse, Emmanuel Petit marque le troisième but : "On sait que les Français sont champions". À ce moment, Jacques Vendroux se rappelle des derniers mots de son commentaire : "Dans 30 secondes on est champion du monde, dans 20 secondes, dans 10 secondes..."

>> Quelle actualité vous a particulièrement marqué ces trente dernières années ? A l’occasion du 30e anniversaire de franceinfo, Guy Birenbaum a posé la question à des personnalités de la culture et des médias. Ils évoquent une date, un événement marquant ou vécu de ces trente dernières années. 

plus