--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les Pourquoi. Pourquoi les villes françaises sont-elles parfois paralysées avec quelques centimètres de neige ?

Nous devenons parfois la risée du monde. Et les usagers, les automobilistes, s’interrogent. 

Sortons le thermomètre et la calculatrice

En janvier à Montréal, au Canada, il fait en moyenne -10 degrés, mais la température peut descendre jusqu'à -35. Il tombe en moyenne deux mètres de neige en cumulé par hiver.

L’agglomération de deux millions d’habitants est équipée de pas moins de 400 déneigeuses (certaines pour les routes, d’autres pour les trottoirs). La neige est ensuite chargée sur des camions pour l'évacuation. Bon an mal an, le déneigement représente 300.000 voyages de camions.

Un budget de 22 millions d'euros pour 400 déneigeuses

S’il fallait acheter 200 déneigeuses de rue à 100.000 € pièce, et 200 déneigeuses de trottoir à 10.000€, le budget serait de 20 millions, plus 2 millions, soit  22 millions d’euros ; en gros le prix d’un collège, de deux piscines, ou de cinq gymnases, sans compter les frais de fonctionnement. C'est tout simplement impensable. 

Inversement : quel intérêt de dépenser une si grosse somme pour un événement qui ne survient que quelques jours dans les communes du Sud, une fois tous les cinq ou dix ans?  C’est plus qu’impensable, c’est absurde. C'est pourquoi les municipalités limitent leurs achats d’équipements spéciaux, et recourent le plus souvent à des partenariats avec des entreprises de travaux publics.

Raisonnons par l’absurde

Que diriez-vous s’il n'y avait pas de piscine dans votre ville, parce que tout l'argent a été investi dans des chasse-neige, au cas où les rues soient bloquées quelque jours dans quelques années ?  Vous seriez furieux et vous auriez, cette fois, une bonne raison d’être furieux.

Jusqu’à preuve du contraire. 

plus