--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le brief politique. Duel à distance entre Emmanuel Macron et les opposants à la réforme du Code du travail

Macron aux Antilles, les syndicats dans la rue

Emmanuel Macron sera avec les sinistrés de l'ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, mardi 12 septembre, pendant que les manifestants défileront à Paris et dans toute la France contre sa réforme du Code du travail. C'est donc un duel à distance qui s'engage entre le gouvernement et les syndicats pour la première contestation sociale du quinquennat Macron.

L'absence d'Emmanuel Macron au moment de la manifestation contre la réforme du Code du travail est calculée selon Virginie Calmels, qui soutient Laurent Wauquiez dans sa candidature à la présidence du parti Les Républicains. "Il n'y a pas toujours de hasard dans le calendrier d'Emmanuel Macron", affirme-t-elle. Elle évoque une volonté de donner une bonne image du côté du président de la République : "Il était important pour lui de montrer qu'il allait voir sur place les dégâts et soutenir les victimes." Selon elle, "le jour des manifs ça permet de braquer le projecteur ailleurs"

Emmanuel Macron ne regrette rien

La petite phrase d’Emmanuel Macron sur les "fainéants" a provoqué beaucoup de réactions. Pourtant, le président de la République ne la regrette "absolument pas""Je n'ai jamais été dans l'invective", a assuré le chef de l'État lundi au cours d'un déplacement à Toulouse. D'après lui, le terme de "fainéants" s'adressait à "toutes celles et ceux qui, 15 ans plus tôt, avaient dit qu'en Europe et en France on pouvait ne pas bouger et qui, 15 ans plus tard, se réveillent"

La provocation, les mots qui blessent, ça rappelle quelqu'un à Laurent Berger : "On a le sentiment que l'ambition c'est de monter les uns contre les autres, un peu comme on a connu parfois dans le passé avec d'autres présidents de la République" a expliqué le leader de la CFDT sur franceinfo mardi matin, avant de faire le rapprochement avec Nicolas Sarkozy. "Je trouve que c'est inapproprié et ce n'est pas de nature à apaiser le débat et à discuter sur le fond"

Hamon et Martinez main dans la main

La manifestation parisienne du 12 septembre devrait être marquée par une image : Benoit Hamon viendra saluer Philippe Martinez au début du défile. La photo sera largement reprise. Et, d’après l’entourage de l’ancien socialiste, il sera ensuite dans le carré de tête du défilé parisien à côté du leader de la CGT. Jean-Luc Mélenchon, lui, a décidé d’aller manifester à Marseille.

À suivre aujourd’hui

La mobilisation contre la réforme du code du Travail et le déplacement d’Emmanuel Macron à Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

La note du brief : 20/20 pour un lapsus

Le brief politique adresse la note maximale, 20/20, à Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, pour le plus beau lapsus. Il voulait parler de la hausse du pouvoir d’achat que les français pourront constater dès le 1er janvier 2018 : "Les français verront une augmentation de leur feuille d'impôts", a assuré Christophe Castaner, voulant parler d'une augmentation de la feuille de paie.

plus