--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

En route vers Paris 2024. Un seul adversaire, Los Angeles

Face à la candidature parisienne, un seul adversaire : Los Angeles.
Los Angeles, la Silicon Valley, la Californie : ces sonorités peuvent faire rêver, avec un côté paillette en bonus. D’ailleurs, la candidature de Los Angeles pour les Jeux de 2024, l’assume très bien. Pour preuve son slogan : "follow the sun" autrement dit "suivez le soleil".

Une autre des caractéristiques de la ville américaine dans cette course aux Jeux Olympiques et Paralympiques se définit par  le recours permanent à l’argument de la modernité. Los Angeles mise aussi beaucoup sur ses élites et sur la haute technologie. Avec l’appui de la Silicon Valley, elle espère connecter, via ses nouvelles technologies, la jeunesse à l’olympisme.

Un budget maîtrisé

L’autre atout de cette candidature est son budget maîtrisé. Il s’élèverait à 4,9 milliards contre 6,6 milliards pour la candidature française.

Un peu comme à l’image de Paris, les sites sont quasiment tous déjà opérationnels. Donc le risque d’exploser son budget reste réduit. Le village olympique est déjà prêt. Ce sera l’université d’UCLA. C’est un vrai atout aux yeux des membres du CIO car cela devient plus facile de se projeter.

Dans cette solide candidature, deux points noirs sont à noter : le stade olympique, le LA Stadium, reste à construire, contrairement au stade de France déjà prêt à accueillir les Jeux. Enfin les transports, 6 lignes de métro dans la ville, ne répondent pas aujourd’hui à toutes les exigences de l’événement olympique.

Comment choisir entre Paris et Los Angeles?

Le CIO se retrouve ainsi dans une position délicate de devoir choisir entre un projet porté par la haute technologie, par la modernité ou un projet parisien plus tourné vers la notion d’héritage.

Aujourd’hui, il est difficile de savoir si les membres du CIO sont plus sensibles aux opportunités commerciales ou sociétales. Une chose est sûre : le CIO pourra difficilement se permettre de vexer l’un des deux comités de candidature.
Le peu de candidats à l’aventure olympique et la solidité de leurs dossiers permettent d’envisager la solution d’une double attribution. Cela signifie qu’une ville serait désignée pour les Jeux de 2024 et l’autre pour 2028. Cette idée de double choix se jouera à Lausanne les 11 et 12 juillet.

Emmanuel Macron sera sur place pour soutenir la candidature française. Dans cette course folle, la présence du président de la République peut faire la différence.

plus