--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est comment ailleurs ? La préparation de Tokyo 2020

Si Paris entame sept années de préparatifs acharnés d’ici 2024, l'arrivée des Jeux à Tokyo dans moins de trois ans a des conséquences sur le Japon et ses finances, en raison des gros dépassements de budgets. Mais les JO ont aussi des conséquences plus inattendues sur la vie des japonais.  

Quatre fois plus chers que prévu

La facture totale de Tokyo 2020 risque d'être quatre fois plus salée que les prévisions initiales, avec 25 milliards d'euros de dépenses. Conséquence, les Japonais réduisent sérieusement la voilure, à commencer par le grand stade olympique de Tokyo.  

Le Premier ministre Shinzo Abe a abandonné le premier projet qui devait coûter l'équivalent de 1,8 milliard d'euros. Le nouveau stade ne devrait coûter "que" 1,2 milliard et ne devrait être livré qu'en décembre 2019, avec cinq mois de retard. 

Il y aura d'autres restrictions puisque la salle qui accueillera les épreuves de natation passe d'une capacité de 20 000 à 15 000 places. D’autres sites comme celui des épreuves de volley-ball ou de canoë-kayak vont devoir réduire leurs coûts.

Le télétravail pour alléger les transports

En dehors des affaires de gros sous, la perspective des JO a des répercussions sur la vie des gens. Cela commence par les déplacements dans l’agglomération de Tokyo qui compte 35 millions d'habitants.

En prévision de l'affluence de différentes population dans Tokyo en 2020, le gouvernement veut développer le télétravail afin d’éviter le chao au moment des JO. Ainsi, en juillet 2017, soit trois ans pile avant les Jeux Olympiques, les habitants de Tokyo ont été incités à de pas prendre le train, le métro, la voiture, pour se rendre au travail. Mais le test n'a pas été concluant et devra être reconduit.  

Moins de tabac pour une meilleure image

Le gouvernement pense à d'autres mesures, notamment sur la cigarette. Au Japon, où l’on fume très peu dans la rue, les restaurants et d'autres lieux publics sont en revanche pollués par les fumeurs. Les autorités n'en sont pas très fières et se disent que l'image du pays s'améliorera si la cigarette disparait d'ici les JO. Une loi est donc prévue pour interdire la cigarette dans les écoles, les universités ou encore les hôpitaux publics.  

Des casinos pour attirer les touristes

Enfin, le Japon pense à l'après JO. Pour soutenir le tourisme après la frénésie des Jeux, le pays vient de légaliser les casinos, malgré les craintes sur l'addiction aux jeux d'argent et aux risques de blanchiment d'argent par la mafia. Pour le gouvernement, il faut absolument que le Japon offre aux touristes des moyens de se divertir.  

plus