00:00-00:00

audio
vidéo

En direct du monde. En Espagne, des pilules contraceptives pour les pigeons de Barcelone

La mairie de Barcelone en a assez des pigeons qui salissent ses monuments, le mobilier urbain et envahissent les lieux publics. On estime à 85 000 le nombre de pigeons qui ont élu domicile dans la capitale catalane. Pour l’équipe municipale, c’est beaucoup trop. Les élus ont donc décidé de distribuer une espèce de pilule contraceptive à ces oiseaux.

La mairie a installé 40 distributeurs de graines contraceptives. Un distributeur, cela ressemble à une poubelle publique. C’est un récipient cylindrique en métal, rempli de grains de maïs. Tous les matins, la machine rentre en fonctionnement, elle projette des graines de maïs sur le sol. Le matin, les pigeons ont faim, ils mangent les grains de maïs et avalent au passage de la nicarbazine qui a la particularité d’inhiber les fonctions reproductives. Les pigeons ont donc moins envie de s’accoupler . Résultat : ils pondent moins d’oeufs. La formule a été testée dans plusieurs villes en Italie, notamment à Gênes. On observe une diminution de la population de pigeons de 20 à 30 % la première année et,  jusqu’à 80 % au bout de cinq ans. C’est ce qu’espère la mairie de Barcelone, la première ville de cette taille à utiliser la nicarbazine.

Les pigeons représentent une menace sérieuse

Il y a bien sûr les gênes que nous connaissons tous. Les crottes de pigeons sur les bancs publics, sur les statues, sur les grands monuments de Barcelone mais avec 85 000 pigeons estimés à Barcelone, surgissent aussi des problèmes de santé publique. Une guide touristique, par exemple, s’est vue reconnaître une incapacité de travail par la justice. Elle travaillait Plaza de Catalunya, une place qu’adorent les pigeons. Elle souffrait de fibrose pulmonaire et les juges ont considéré que cette maladie respiratoire était due exclusivement aux déjections des pigeons. C’est vrai que ce n’est pas un cas très habituel, mais cela fait partie des raisons d’hygiène publique qui ont poussé la mairie à chercher une solution et tant qu’à faire, une solution qu’elle qualifie d’éthique, autrement dit, cela évite de tuer ces pauvres pigeons.

Réaction mitigée des écologistes

La plupart des associations écologistes ont applaudi. 150 collectifs de protection des animaux ont félicité la mairie par un communiqué commun qui souligne que la mesure permettra "que le contrôle de la population des oiseaux urbains se fasse par des méthodes éthiques, effectives et au moindre coût économique possible." 

Il existe tout de même une organisation qui se montre critique et ce n’est pas n’importe laquelle, SEO Birdlife, c’est l’association internationale experte en protection des oiseaux. SEO Birdlife indique qu’on ne connaît pas les effets à long terme de la nicarbazine et que des oiseaux autres que les pigeons pourraient ingérer le contraceptif. L’association recommande plutôt de limiter l’accès aux points d’eau, d’alimentation et de nidification. Honnêtement, cela semble tout de même beaucoup plus compliqué à mettre en place. La mairie est passé outre, on verra les résultats dans quelques années.