00:00-00:00

audio
vidéo

Chronique du ciel. Brexit: EasyJet va devenir en partie autrichienne

Pour continuer à voler librement dans le ciel européen, EasyJet, va devenir autrichienne, enfin partie. La low cost britannique vient en effet d’annoncer qu’elle allait créer une nouvelle compagnie, Easyjet Europe, basée à Vienne et qui lui permettra de contourner les conséquences désastreuses du Brexit.

Easyjet Europe serait installée à Vienne

Avec la sortie à terme du Royaume Uni de l’Union européenne, les compagnies britanniques vont également sortir du ciel unique européen. Ce ciel unique européen permet à une compagnie comme EasyJet de pouvoir opérer des vols au départ de Paris vers Nice, par exemple, de Milan vers Berlin, ou de Bruxelles vers Bordeaux.

Si EasyJet restait uniquement britannique, elle ne pourrait effectuer que des vols au départ et à l’arrivée de Londres, sauf à bénéficier d’une dérogation comme pour la Norvège ou la Suisse. Une catastrophe pour une compagnie paneuropéenne dont le succès commercial repose sur cet accès au marché unique.

Des négociations bien avancées

EasyJet indique avoir demandé aux autorités autrichiennes un certificat et une licence de Transporteur Aérien. Les négociations sont bien avancées, le feu vert pourrait être donné très rapidement. Le chancelier, Christian Kern, a d’ailleurs déjà salué une "formidable nouvelle pour l'Autriche".

Une centaine d'avions et 4 000 membres d'équipage en Europe

Totalement autonome, EasyJet Europe exploitera une centaine d'appareils, en s'appuyant sur ses quelque 4.000 membres d'équipage répartis au sein l'Union européenne. Comme l’est déjà EasyJet Switzerland, à Genève, cette nouvelle compagnie constituera une filiale de l'entreprise basée à Luton en Angleterre, le siège historique d’EasyJet.

La maison mère de Luton qui conservera quant à elle la desserte des lignes entre le Royaume-Uni et l'Union européenne ou des pays non européens. Elle exploitera 140 avions et ses 6000 emplois en Angleterre seront conservés. 

Un choix judicieux

Avec cette nouvelle organisation, EasyJet se protège de toute mauvaise surprise en attendant la fin des négociations sur le Brexit d’ici 2019.  Elle continuera toutefois de faire pression sur les autorités britanniques et européennes, pour obtenir un accord à minima garantissant des vols entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.   

En tous les cas, c'est très bien vu, car en choisissant, l'Autriche, EasyJet ne pourra pas être accusée d'avoir choisi un pays aux faibles coûts du travail, comme la Bulgarie ou la Lituanie.