--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'était comment ? Le club des 5 sur le grill

C’était…Hamon Macron…Macron Hamon.

"Et François Fillon alors ? Il a un programme quand même…"

Ça c’est moi, avec une dame, prof de finances : "Ah non lui, c’est pas possible."

"Bon, il a des petits soucis en ce moment, mais ce soir, dans le débat, il va défendre une politique économique."

Elle, limite agacée : "Mais je vous dis que NON. On est à Bercy là. Vous imaginez François Fillon devenir président de la République et venir parler contrats, transactions, régulation ? Il n’est plus crédible je vous dis. Moi (me dit-elle), je l’ai rayé de la carte. Reste Hamon ou Macron."

Waouh.

C’est violent.

"Donc, Hamon ? Ou Macron ?"

Elle : "Hamon c’est vraiment intéressant, il pense loin, c’est vraiment innovant"

Moi : "Le revenu universel par exemple ?"

Elle : "Mais oui, faut arrêter de dire que c’est un doux rêveur. Il a anticipé la raréfaction de l’emploi, ça c’est intelligent"

Là, on est dans la séquence : Hamon amour.

"Donc, vous vous allez voter pour lui."

Elle : "En fait non"

Les bras m’en tombent. Hamon bashing ?

"Sûrement Macron, me dit-elle. Car il pige l’argent. Il en a gagné dans sa vie, il a été banquier."

Moi, un peu ricaneuse : "ah ça, on le sait"

"Pourquoi vous riez ? Il a gagné des sous, et alors ? Contrairement aux autres, lui il sait ce que c’est un boulot."

Bon, là, elle a marqué un point.

La dame s’en va.

J’en attrape une autre (ou plutôt un autre)

"Vous attendez quoi des candidats, ce soir lors du débat ?"

Lui : "J’attends qu’ils s’emparent de l’économie, et du social, qu’ils rehaussent le débat justement. Parce que de manière générale, je trouve les hommes politiques mauvais en Eco."

Moi :   "Ah bon ?"

"Ah oui, nul même. Ils sont très demago. Prenez le quasi suppression de la taxe d’habitation, proposée par Macron. C’est pour draguer un électorat, c’est tout."

"Donc, vous vous préférez Hamon ?"

Lui : "En fait non"

Zut ! Ça recommence…

"Macron il est banquier, il connaît l’argent. Et puis y’a autre chose."

Je me demande s’il va me dire : il a de beaux yeux bleus. Ou il est sympa.

"Ben, Marine le Pen ! Ce n’est pas Hamon le concurrent de Macron, me dit-il. C’est Elle ! Et le rempart, c’est lui ! Le débat, il est là, et uniquement là, ce soir."

Ah en effet, vu comme ça… c’est plus un printemps de l’économie auquel j’assistais…c’est LE printemps d’Emmanuel Macron, ou son hiver politique, on verra ce soir.

plus