--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est mon boulot. Un réseau national pour aider les femmes entrepreneures

Les femmes sont encore trop peu nombreuses à se lancer dans l'aventure de l'entreprise. Pour les aider un réseau national a été lancé mardi 19 septembre. 

Ce réseau s'appelle bougetaboite. Il a d'abord été lancé en Bretagne. Avec succès. Il passe à la vitesse supérieure. Objectif : 300 cercles partout en France. L'idée ce sont donc des cercles de 20 femmes qui font toutes un métier différent. Il peut y avoir une juriste, une graphiste, une ostéopathe, une comptable, une ébéniste... Comment marchent ces cercles ? Marie Eloy, la fondatrice de Bouge ta boite : "Un cercle c'est composé de 10 à 20 entrepreneures, chacune d'un secteur d'activités différent. Elles se réunissent tous les quinze jours. Elles vont pitcher, brainstormer sur leur problématique d'entrepreneure et surtout apprendre à mieux se connaître pour mieux se recommander. Elles vont se recommander à l'extérieur du cercle pour générer du chiffre d'affaires ou réaliser des économies ensemble".

Des cercles pour pallier des difficultés

Les femmes ont du mal à faire grimper leur chiffre d'affaires. Marie Eloy : "On connait les tonnes de freins de la création d'entreprise par les femmes, le manque de confiance, le manque de réseau, le manque de liens, maintenant il y a aussi des freins liés au business. On estime qu'il n'y a que 12 % de femmes entrepreneures qui vivent correctement de leur activité. C'est un chiffre très faible. Et ça c'est parce qu'on a du mal à s'identifier à l'image de l'argent du pouvoir du businessman classique. Et c'est ce qu'on souhaite changer".

Et encore, quand on leur demande ce qu'elles entendent par ce "correctement", elles n'ont pas la même réponse que les hommes. Pour elles, c'est gagner entre 1.500 et 2.000 euros par mois. Pour un homme le même mot veut dire entre 3.000 et 4.000 euros. Moins de réseau, ça a aussi été quantifié. Une étude de la BNP dit que les femmes ont en moyenne 50 relations professionnelles. Contre 72 pour les hommes.

Ces cercles apportent de la confiance, mais aussi du business. Anne-Louise Rodes est comptable. Elle fait partie du cercle de Vannes, dans le Morbihan : "Je suis arrivée à 4 000 euros générés depuis le début, ce qui est énorme parce que pour nous experts-comptables, ça peut mettre du temps à se mettre en place et la confiance c'est indispensable. Bouge ta boite m'a permis d'avoir un réseau et un groupe qui m'a fait confiance. J'ai pu montrer mes capacités, pas seulement en cinq minutes en donnant une carte de visite mais en créant du lien avec ce groupe".

plus