00:00-00:00

audio
vidéo

C'est comment ailleurs ? Le "droneboarding" en Lettonie

Dans la république balte de Lettonie, les jeunes n'ont pas froid aux yeux parce que certains ont tenté le "droneboarding" et d'autres le parachutisme par drone. 

"Droneboarding"

Il s’agit d’un drone qui tracte des snowboarders, des surfeurs des neiges. Cela n’existe pour l’instant qu'à l'état expérimental.

La première tentative sérieuse s’est tenue en plein mois de janvier à une centaine de kilomètres de Riga, la capitale lettone sur un lac gelé entouré d'une forêt avec un gros drone de trois mètres d'envergure et d'un poids de 55 kilos, avec 16 hélices. Les surfeurs des neiges étaient reliés à l’engin par une corde et le drone a tracté quatre personnes qui ont glissé sur ce lac.

Vitesse et autonomie

Théoriquement, le drone peut aller à 150 km/h mais c'est bien trop rapide pour les surfeurs qui flirtent habituellement avec les 60 à l'heure. En fait, le drone peut tracter quatre personnes en même temps.

Ce prototype est alimenté par une batterie et l'autonomie est de seulement dix minutes. Le drone est piloté à distance par une équipe de techniciens de la société lettone Aerones.

Parachutisme par drone

C’est encore une idée et une expérimentation de la société Aerones, qui a utilisé le même type de drone que celui pour tracter les surfeurs des neiges. Cela s'est passé début mai.  Dans un premier temps, le drone a décollé en tractant un poids mort de 90 kilos et l'a lâché dans le vide. Ensuite, un homme s'est accroché à l'engin qui s'est élevé de plusieurs centaines de mètres dans le ciel. Le parachutiste a ensuite sauté dans le vide.

Avenir

Les inventeurs de ces "drones" de sports pensent qu’ils peuvent se développer. Ils ont dépensé 35.000 euros dans le prototype et veulent maintenant sécuriser leur appareil et le faire certifier, ce qui peut prendre du temps. Il faut aussi améliorer l'autonomie de la batterie.

Pour le parachutisme, l'avantage est que les amateurs n'auraient plus besoin d'un avion pour sauter dans le vide.

Pour le "droneboarding", les sportifs ont adoré l'idée de surfer sur le plat. Contrairement à la montagne, plus besoin de scruter en permanence la pente. En plus, les vitesses sont constantes avec le drone.