--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Irma : "La visite d'un président de la République n'éclipse pas six jours de manquements" juge Laurent Wauquiez

Le président Les Républicains (LR) du Conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes, invité de franceinfo mercredi 13 septembre, a dénoncé "des manquements de l'Etat", dans la gestion du passage catastrophique de l'ouragan Irma, aux Antilles. Appelé à réagir au déplacement d'Emmanuel Macron à Saint-Martin, Laurent Wauquiez a pointé "un manque et des défaillances de l'Etat", en réclamant "un éclaircissement sur la chaîne de responsabilité". "Une visite n'éclipse pas la souffrance et six jours de manquements", a-t-il ajouté.  

Laurent Wauquiez a estimé qu'il ne s'agissait pas de "polémique". "C'est juste demander qu'on regarde ce qui n'a pas marché, pour que la prochaine fois, la réponse du gouvernement soit à la hauteur du drame vécu par les populations", a ajouté, candidat parmi les six prétendants à la présidence des Républicains les 10 et 17 décembre prochains.

"Une trop forte fiscalité"

Interrogé sur les ordonnances réformant le Code du travail, Laurent Wauquiez a dit voir "l'arbre qui cache la forêt". "Le gouvernement va mettre en panne l'économie française", à cause, en parallèle, de la hausse de la fiscalité, a-t-il dit. Le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a estimé qu'avec "trop d'impôts, le gouvernement commet la même erreur que celle faite par François Hollande"

Interrogé sur la réforme du Code du travail, Laurent Wauquiez a déclaré qu'"il ne sert à rien de faire quelques mesures techniques qui fluidifient le Code du travail, si de l'autre côté, vous prenez à la gorge les Français, et en particulier les classes moyennes, par une fiscalité qui est trop forte".

Non à la généralisation de la PMA 

Le candidat à la présidence du parti LR s'est clairement prononcé contre le souhait du gouvernement d'ouvrir la PMA à toutes les femmes en 2018"Je pense que l'invocation du droit à l'enfant ne doit pas aboutir à la marchandisation du corps de la femme. Le chemin dans lequel on s'oriente est pour moi une ligne rouge."

Selon Laurent Wauquiez, la mesure sera suivie par une demande, par souci d'"égalité", "des couples d'hommes à la gestation pour autrui", la GPA, "un engrenage" qui l'inquiète a-t-il souligné.

Candidat à la présidence de LR, avec "une parole forte"

Laurent Wauquiez est a précisé les grandes lignes du projet qui le porte à se présenter à la présidence du parti LR. "Il y a deux voies fondamentales. La première, c'est rassembler (...) La deuxième, il faut que la droite assume ses convictions", a-t-il déclaré, ajoutant nécessaire de dire "ce qui va bien dans le gouvernement", mais en étant capable, "sur des sujets comme les classes moyennes, la sécurité, le communautarisme d'avoir une parole qui soit très forte". Développant sa vision de l'intégration, il a déclaré vouloir "refuser le travail de l'islam intégriste" 

"Je ne crois pas à un chemin pour la droite qui consiste à jeter un voile pudique sur ses convictions et se dire qu'il faut qu'on fasse un filet d'eau tiède pour reparler aux Français", a poursuivi Laurent Wauquiez. Revenant sur la présidentielle, il a estimé que "non seulement on a perdu une élection, mais surtout on a déçu". "La question ce n'est pas 'est-ce que Wauquiez va gagner', c'est comment reconstruire la droite ?", a-t-il conclu.

Regardez l'intégralité de l'entretien de Laurent Wauquiez sur franceinfo le 13 septembre 2017.

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

plus