Voir la vidéo
FRANCE 2

Moralisation : François Bayrou fragilisé par de nouvelles révélations

La situation de François Bayrou est pour le moins surprenante : un ministre de la Justice obligé de se défendre des accusations qui pèsent sur son parti politique. 15 jours après la dénonciation d'un ancien salarié du MoDem, Matthieu Lamarre, évoquant un possible emploi fictif, Le Canard Enchaîné de ce mercredi 14 juin évoque un autre cas. Celui de la secrétaire particulière de François Bayrou qui aurait fait l'objet d'un contrat de travail pour le MoDem, puis d'un avenant au profit du Parlement européen. Une situation déjà dénoncée dans le passé par l'ex-député européenne Corinne Lepage.

Pas d'emploi fictif, mais des "mi-temps"

Vendredi 9 juin la justice a ouvert une enquête préliminaire. Interrogé ce mercredi matin, l'actuel garde des Sceaux balaie l'accusation d'emploi fictif, mais reconnaît des emplois à mi-temps. "Qu'est-ce qu'il y a de plus légal, de plus normal et de plus moral que d'avoir un mi-temps pour un élu, un mi-temps pour un mouvement ?", a demandé le ministre de la Justice, au micro de RTL. Il se défend certes, mais alors qu'il présente son projet de loi sur la moralisation de la vie publique, ce mercredi 14 juin, ces accusations sont d'encombrants parasites.