Marlène Schiappa devant l\'Elysée le 18 mai 2017 à Paris. La secrétaire d\'Etat chargée de l\'Égalité entre les femmes et les hommes est l\'auteure d\'un ouvrage problématique. 
Marlène Schiappa devant l'Elysée le 18 mai 2017 à Paris. La secrétaire d'Etat chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes est l'auteure d'un ouvrage problématique.  (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'Egalité femmes-hommes, rattrapée par un livre "érotico-rigolo" jugé sexiste

"Je trouve ça incroyable de nommer quelqu'un qui vit si loin de la réalité des femmes", s'insurge la blogueuse Daria Marx. L'objet de son courroux ? L'arrivée au gouvernement de Marlène Schiappa. Cette mère de famille et entrepreneuse de 34 ans a été nommée secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes dans le gouvernement d'Edouard Philippe. Fondatrice du réseau Maman travaille, elle est également l'auteure du livre Osez l’amour des rondes, paru aux éditions La Musardine en 2011.

Présenté comme un guide ludique sur la sexualité, l'ouvrage est au centre d'une polémique. Un post de la blogueuse Daria Marx, qui l'avait beaucoup critiqué au moment de sa sortie, a refait surface cette semaine. "C'est un livre extrêmement sexiste, qui présente les grosses comme des femmes incapables de se maîtriser", dénonce-t-elle encore aujourd'hui, contactée par franceinfo.

Des conseils malavisés

A ses yeux, Marlène Schiappa véhicule des clichés grossophobes, un terme qui désigne les discriminations faites aux femmes en surpoids. "On y apprend que les grosses puent, se laissent aller, ne sont pas séduisantes", explique la blogueuse, co-fondatrice du collectif Gras Politique, qui entend lutter contre la "grossophobie". "Les femmes sont soumises à des standards incroyables sur leurs corps, mais nous, les grosses, on en souffre encore plus."

Dans un article publié sur son blog en 2011, Daria Marx résume les passages problématiques de l'ouvrage. Quand Marlène Schiappa conseille, par exemple, aux femmes de "ne pas prendre de dessert si personne d’autre n’en prend à votre table". Elle leur explique également de "bien se laver les dents et se maquiller" et sous-entend qu'elles transpirent beaucoup. Des propos que Daria Marx a du mal à comprendre.

C'est humiliant de penser que les femmes grosses sont plus sales que les autres.

Daria Marx

à franceinfo

Un livre "érotico-rigolo"

A l'époque, Marlène Schiappa interpelle la blogueuse sur Facebook. "Elle m'a reproché d'écrire sur elle pour faire du buzz avant de me rappeler que ça ne m'aiderait pas à faire carrière", rapporte la jeune femme, interloquée. Avec l'entrée de l'auteure d'Osez l'amour des rondes au gouvernement, Daria Marx entend bien se rappeler à son bon souvenir : "On pense à l’interpeller à travers le collectif Gras Politique, pour lui demander de prendre en compte cette discrimination."

Si la nouvelle secrétaire d'Etat ne s'est pas encore exprimée sur le sujet, rappelons qu'elle avait répondu aux critiques en 2011. Ce livre, dit-elle, "n'a pas la prétention de détenir la vérité ultime sur toute la vie sexuelle des rondes. C'est un livre érotico-rigolo sur/pour les rondes. Mon but en l'écrivant, c'était justement de sortir les rondes du ghetto. (...) Je me suis dit en l'écrivant 'Si une seule jeune femme ronde referme ce livre en ayant un peu plus confiance en elle-même : c'est gagné"", peut-on lire sur le blog de Stéphane Rose, directeur de collection à La Musardine.