Le ministre de l\'Economie Bruno Le Maire et le Premier ministre Edouard Philippe, le 6 juillet 2017 au Sénat.
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et le Premier ministre Edouard Philippe, le 6 juillet 2017 au Sénat. (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Les Républicains : l'exclusion des responsables pro-Macron reportée à l'automne

Les éventuels règlements de compte seront pour plus tard. Le bureau politique des Républicains (LR), transformé pour l'occasion en conseil de discipline, a finalement choisi mardi 11 juillet de ne pas trancher dans le vif sur le sort des six responsables LR pro-Macron, la décision de leur éventuelle exclusion étant renvoyée à l'automne.

Le Premier ministre Edouard Philippe, les ministres Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, et les députés Thierry Solère et Franck Riester attendaient le verdict mais le parti a préféré se donner un peu de temps face aux profondes divergences entre partisans d'une "clarification" (c'est-à-dire l'exclusion) et tenants du "dialogue".

Des moments de "tension"

Concrètement, une commission composée des anciens ministres Patrick Ollier et Jean Leonetti et de l'actuelle vice-présidente du parti Isabelle Le Callennec est chargée d'instruire le cas des six accusés, qui seront "entendus" par ladite commission.

Les débats ont duré près de trois heures, et comportaient des moments de "tension" selon certains participants. L'ancien patron de l'UMP Jean-François Copé a ainsi plaidé pour que LR acte dès mardi le fait que les six hommes s'étaient mis d'eux-mêmes "en dehors du parti".

Les accusés "suspendus de leurs fonctions" au sein du parti

En attendant la décision définitive de la commission spéciale qui interviendra "à l'automne", le bureau politique a décidé d'aller plus loin que la décision initialement concoctée par le secrétaire général Bernard Accoyer. Au départ, seuls Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu avaient été suspendus de leurs fonctions exécutives au sein du parti. Les deux hommes étaient jusqu'à présent respectivement président de la fédération LR du Nord et secrétaire départemental de la fédération LR de l'Eure.

Face à l'insistance de certains "durs", c'est finalement les six responsables qui sont "suspendus de leurs fonctions" au sein de LR, puisqu'ils se sont "placés hors des règles de notre mouvement", selon le communiqué officiel du parti.

Le bureau politique a par ailleurs fixé aux 10 et 17 décembre les dates de l'élection, par scrutin électronique, du nouveau président de LR.