Voir la vidéo
PARIS PREMIERE

VIDEO. Mis en examen, Fillon se dit "innocent" et dénonce "un calendrier diabolique"

Au lendemain de sa mise en examen, François Fillon a réaffirmé, mercredi 15 mars sur Radio Classique, qu'il était "innocent" face aux accusations portées contre lui dans l'affaire des emplois fictifs présumés de son épouse et de deux de ses enfants comme collaborateurs parlementaires.

A quarante jours de la présidentielle, le candidat a donc été mis en examen. Une première pour un prétendant majeur dans la course à l'Elysée. "Il y a une instrumentalisation des affaires contre moi avec un objectif : m'empêcher d'être candidat à l'élection présidentielle", a dénoncé l'ancien Premier ministre.

Un "calendrier exceptionnel", qui le "délivre" de son "engagement"

"L'objectif, c'était de m'empêcher d'être candidat et, si possible, de faire en sorte avec ce calendrier diabolique, ma mise en examen deux jours avant la clôture des candidatures à l'élection présidentielle... L'objectif était de faire en sorte que la droite et le centre n'aient pas de candidat. Comme ça, c'est plus simple, ce sera un débat entre la gauche et Madame le Pen", a affirmé François Fillon.

 "Eh bien moi, j'ai décidé de résister, je considère que ce calendrier exceptionnel, qui n'est pas celui d'un justiciable normal, me délivre de l'engagement que j'avais pris de ne pas être candidat" en cas de mise en examen, pris le 26 janvier sur TF1