Des anti-Fillon scandent \"Fillon en prison !\", à Tourcoing (Nord), vendredi 17 février 2017. 
Des anti-Fillon scandent "Fillon en prison !", à Tourcoing (Nord), vendredi 17 février 2017.  (PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

A Tourcoing, François Fillon (encore) accueilli par un concert de casseroles

C'est une ambiance à laquelle François Fillon s'est désormais habitué. Celle du bruit de casseroles qui rythme chacun de ses déplacements. Dernier épisode en date : Tourcoing (Nord), le vendredi 17 janvier. Selon France 3 Hauts-de-France, une trentaine de manifestants attendaient le candidat de la droite à la présidentielle de pied ferme près du parvis de l'Hôtel de Ville, dans la matinée. Pancartes en main, ils ont scandé pendant de longues minutes "Fillon en prison !" ou "Fillon, rends-nous le pognon !"

Des CRS autour de la mairie

A quelques mètres, des militants pro-Fillon s'étaient eux aussi rassemblés pour défendre leur candidat, au son de "Fillon, président ! Fillon, président !" Pour éviter les affrontements, des CRS s'étaient positionnés tout autour de la mairie. Le candidat est finalement arrivé vers 10h30. Il est entré par une porte dérobée, afin de rejoindre le maire de Tourcoing, Gérald Darmanin, et ses adjoints.  

Les déplacements de François Fillon sont de plus en plus compliqués depuis les révélations sur les soupçons d'emplois fictifs concernant son épouse et deux de ses enfants. Avant Tourcoing, il y avait déjà eu Athis-Mons (Essonne), Poitiers (Vienne) ou encore La Réunion. L'équipe de campagne du candidat avait pourtant décidé de garder secret cette visite pour éviter les incidents. Raté.