"MacronLeaks"

Le parquet de Paris a ouvert une enquête après la diffusion sur internet, le 5 mai 2017, à quelques heures de la fin de la campagne présidentielle, de milliers de documents internes de l'équipe d'Emmanuel Macron.

Dans un communiqué, le camp Macron a dénoncé une "action de piratage massive et coordonnée" après la diffusion "sur les réseaux sociaux" d'informations "internes" comme des courriels ou des "documents comptables", y voyant une "opération de déstabilisation" à l'avant-veille du second tour de l'élection présidentielle.

Ces documents ont d'abord été relayés vendredi par le forum anglophone 4Chan, avant d'être répercutés rapidement, via Twitter, par un militant américain proche de l'extrême droite, Jack Posobiec, et par William Craddick, fondateur d'un site conspirationniste. Le site Wikileaks, qui a assuré ne pas être à l'origine de cette opération, a ensuite accru fortement la visibilité de ce piratage, en mettant à disposition des liens pour en télécharger le contenu.

Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, le 2 février 2012 à Londres.
"MacronLeaks" : mais à quoi joue WikiLeaks ?
Le candidat à la présidentielle, Emmanuel Macron, le 1er mai 2017 à Paris.
Quatre questions pour comprendre les "MacronLeaks"
"MacronLeaks" : quatre questions sur le piratage dont a été victime l'équipe d'En marche ! juste avant le second tour
Le candidat d\'En marche ! à l\'élection présidentielle, Emmanuel Macron, quitte son domicile à Paris, le 3 mai 2017.
"MacronLeaks" : le parquet de Paris a ouvert une enquête sur le piratage de documents de l'équipe d'En marche !