Nicolas Dupont-Aignan lors d\'un meeting le 9 mars 2017 à Paris.
Nicolas Dupont-Aignan lors d'un meeting le 9 mars 2017 à Paris. (CHRISTOPHE BONNET / CITIZENSIDE / AFP)

Nicolas Dupont-Aignan dans "Touche pas à mon poste" : "Je veux que tous les Français sachent que ce soir, c'est l'assassinat de notre démocratie"

Nicolas Dupont-Aignan a trouvé une chaîne de télé pour l'accueillir, lundi 20 mars, jour de débat présidentiel sur TF1 entre cinq candidats. Evincé de cette émission politique, le fondateur de Debout la France sera finalement l'invité, sur C8, de "Touche pas à mon poste", l'émission animée par Cyril Hanouna. Il conteste son absence du débat entre Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et François Fillon.

>> Débat présidentiel : pourquoi TF1 a le droit de zapper Nicolas Dupont-Aignan

"Attention, on ne parlera pas de politique ! C'est juste que tous les malvenus chez les autres sont les bienvenus chez nous !" écrit le compte de l'émission. Le candidat à la présidentielle a prévu de détailler son "coup de gueule". "Je vais partout, je parle à tout le monde. De L'Humanité à Minute, j'ai toujours parlé partout et à tout le monde. Il n'y a pas de petits Français et de grands Français", explique à franceinfo Nicolas Dupont-Aignant. Le candidat souverainiste assume le caractère divertissant de "TPMP" : "Il ne s'agit pas de parler de mon projet, je vais expliquer pourquoi j'ai quitté samedi le plateau de TF1. Je veux que tous les Français, y compris la jeunesse, sachent que ce soir c'est l'assassinat de notre démocratie."

"Une prise de la Bastille médiatique et numérique"

Après avoir quitté le plateau du JT de 20 heures de TF1, après avoir déposé un recours devant le Conseil d'Etat, le candidat à la présidentielle"reste indigné" de ne pas avoir été convié au débat. La rédaction de TF1 lui a finalement répondu, en insistant sur son "indépendance" et en regrettant que Nicolas Dupont-Aignan prenne "les téléspectateurs en otages sur une supposée 'manipulation médiatique".

La vidéo de son passage sur TF1 bat des records sur Facebook (plus de 12 millions de vues depuis samedi). "Un record historique pour un homme politique français", assure le candidat souverainiste. Grisé par ce succès "inespéré"Nicolas Dupont-Aignan s'emporte : "J'ai exprimé un ras-le-bol ressenti par tous les Français. C'est une prise de la Bastille médiatique et numérique."