Voir la vidéo

VIDEO. "13h15". Tout savoir sur la technique des "boîtes aux lettres mortes" utilisée par les agents illégaux du KGB

La plupart des communications avec le KGB de l'agent illégal Jack Barsky, en immersion aux Etats-Unis à partir de 1978 pour le compte de l'Union soviétique, passent par le biais de la technique dite des "boîtes aux lettres mortes". Un agent passe chercher un message sur microfilm déposé par un autre agent dans un endroit convenu.

Les deux espions ne se croisent pas et tout passe par des signes, comme un trait à la craie, laissés sur un réverbère, un mur… "Le signe que je viens de voir m'indique que le message a été livré, explique l'ex-espion lors de cette reconstitution. Il a été placé sur ce poteau de telle sorte que si vous marchez sur le trottoir d'en face et qu'il n'y a aucun signe, vous continuez sans aller au rendez-vous."

Fausse pierre en plâtre ou bout de bois creux...

La dernière fois que l'ancien illégal, devenu aujourd'hui citoyen américain, a utilisé une "boîte morte", c'était dans un parc new-yorkais fréquenté de Staten Island où il est revenu pour le magazine "13h15 le dimanche" (Facebook, Twitter, #13h15). Il joue cette fois le rôle du livreur. Le colis peut prendre différentes formes : fausse pierre en plâtre ou bout de bois creux pour dissimuler un microfilm. "Il faut quelque chose qui n'attire pas l'attention. J'aime les pierres : c'est neutre et ça n'a pas d'odeur. Le risque est qu'un animal s'en empare."

Barsky jette alors la pierre au pied de l'arbre qui sert de "boîte aux lettres morte". Ni vu, ni connu : "Ensuite, vous pouvez continuer votre chemin. Dans ce cas précis où il n'y a personne dans le parc, vous pouvez revenir sur vos pas. Normalement, vous êtes censé poursuivre, mais il fait froid aujourd'hui et il n'y a personne." Au fait, a-t-il déjà couru en tant qu'agent ? "Courir ? Non, non, non, non, non… Un bon agent ne court pas !"