Le directeur du FBI, James Comey, va rompre le silence lundi lors d\'une audience publique au Congrès américain.
Le directeur du FBI, James Comey, va rompre le silence lundi lors d'une audience publique au Congrès américain. (MAXPPP)

Etats-Unis : le patron du FBI témoigne devant le Congrès sur la Russie et les accusations de Trump

Aux Etats-Unis, le directeur du FBI va rompre le silence lundi lors d'une audience publique devant le Congrès. James Comey devrait s'exprimer sur le dossier russe et d'éventuels liens avec la campagne présidentielle de 2016. Il devra aussi répondre aux accusations plus récentes d'espionnage de Donald Trump portées contre Barack Obama.

Une audience très attendue

En choisissant de remettre sur le tapis, juste avant le scrutin présidentiel de 2016, le dossier des emails d’Hillary Clinton et à l'inverse, de ne pas évoquer l'enquête sur les contacts entre l’équipe de Donald Trump et la Russie, le directeur du FBI aura été un acteur essentiel de la présidentielle. Bien qu’au centre de l’élection, il aura aussi été silencieux. C’est pourquoi la parole publique de James Comey est tant attendue devant le Congrès.

Trois interrogations majeures

La première question porte sur l’importance du piratage par Moscou de la campagne. La réponse ne fait aucun doute, l'affaire a été majeure. La deuxième interrogation concerne l'éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et des responsables russes. Il n'y a aucune preuve, selon un élu républicain ayant eu accès au dossier. C’est moins clair, disent en revanche des démocrates qui disposent des mêmes informations. La troisième question vise une hypothétique trace d’écoute de Donald Trump par l’administration de Barack Obama. Au sujet de cette affaire, les élus des deux bords affirment que rien ne vient étayer les accusations portées par l’actuel président des Etats-Unis contre son prédécesseur.

Si James Comey est aussi clair devant le Congrès, il pourrait peser sur le début de la présidence Trump, comme il avait embarrassé la fin de la campagne Clinton.