Le président américain Donald Trump à sa descente de Air Force One à l\'aéroport international de Palm Beach en Floride avant un week-end dans sa villa de Mar-o-Lago, en février 2017.
Le président américain Donald Trump à sa descente de Air Force One à l'aéroport international de Palm Beach en Floride avant un week-end dans sa villa de Mar-o-Lago, en février 2017. (JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Etats-Unis : loin de la Maison Blanche et de Mar-a-Lago, le très casanier Donald Trump se risque dans le Wisconsin

Donald Trump est en déplacement mardi 18 avril dans le Wisconsin, dans le Nord-Est des États-Unis, pour parler économie. C'est l'un de ses rares déplacements depuis son investiture, le 20 janvier dernier.

À son slogan "L’Amérique d’abord", Donald Trump pourrait ajouter "et avant tout si c’est à Mar-a-Lago", son palais et club-privé de Palm Beach, en Floride. Le président américain a passé un quart de ses cent premiers jours dans son club privé de Floride, où il aime recevoir les dirigeants étrangers qu’il veut particulièrement honorer, comme le Premier ministre japonais Shinzo Abe ou le président chinois Xi Jinping.

Mar-a-Lago, la luxueuse villa de Donald Trump en Floride.
Mar-a-Lago, la luxueuse villa de Donald Trump en Floride. (NEW YORK DAILY NEWS ARCHIVE / NEW YORK DAILY NEWS)

En trois mois, le nouveau président américain n'a fait aucun déplacement international. À la même époque, Barak Obama, lui, s'était déjà rendu cinq fois à l'étranger. Donald Trump n'est pas encore sorti du territoire américain. Sa première visite est prévue à Bruxelles en mai pour le sommet de l'Otan.

Quant aux sorties à l'intérieur des États-Unis, elles se comptent sur les doigts des mains : neuf au total. L'ancien président américain George Bush avait de son côté visité plus d'une vingtaine d'États lors des trois premiers mois de son mandat. Lors de sa tournée de remerciement, après son élection, une tournée d'ailleurs très remarquée, il n'a visité que des États qui lui avaient donné leur vote en novembre dernier. 

On peut imaginer que cette sédentarisation vient du fait que Donald Trump ne se considère ni comme un président qui aurait une vision nouvelle de l’Amérique à porter dans le monde entier, ni comme un président mal-élu qui devrait réconcilier un pays fracturé. Mais peut-être qu'à un monde dangereux et compliqué, il préfère tout simplement le confort de sa maison ? Selon les calculs de la chaîne de télévision américaine CNN, Donald Trump est avant tout un président à domicile : il n'a jamais passé plus de trois jours sans fréquenter l'une de ses propriétés, l'un de ses golfs ou l'un de ses hôtels. 

plus