Le président des Etats-Unis, Donald Trump, accompagné de son vice-président, Mike Pence, lors d\'une conférence de presse à son golf de Bedminster, dans le New Jersey, le 10 août 2017.
Le président des Etats-Unis, Donald Trump, accompagné de son vice-président, Mike Pence, lors d'une conférence de presse à son golf de Bedminster, dans le New Jersey, le 10 août 2017. (JONATHAN ERNST / REUTERS)

Après avoir promis "le feu et la fureur" à la Corée du Nord, Donald Trump estime que sa menace n'était "peut-être pas assez dure"

Donald Trump ne regrette pas sa menace de faire pleuvoir "le feu et de fureur telle que le monde n'en n'a jamais vu", adressée à la Corée du Nord après un tir de missile mardi. Au contraire, le président des Etats-Unis a estimé, jeudi 10 août, que sa mise en garde n'était "peut-être pas assez dure". Elle a pourtant provoqué une escalade diplomatique entre les deux pays.

"Il est grand temps que quelqu'un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d'autres pays", a-t-il également déclaré depuis son golf du New Jersey où il est en vacances. Il n'a, en revanche, pas commenté l'hypothèse de frappes préventives visant la Corée du Nord, pour contrer le développement de ses programmes nucléaire et balistique : "Nous ne nous exprimons pas là-dessus. Je ne le fais jamais (...) Nous verrons ce qui se passera".

"La Chine fera beaucoup plus"

Il a persisté dans ses menaces : "Si la Corée du Nord fait quoi que ce soit - ne serait-ce qu'en songeant à attaquer des gens que nous aimons, ou nos alliés, ou nous - ils devront vraiment s'inquiéter. Et ils devraient être très très inquiets car des choses qu'ils n'avaient jamais cru possible leur arriveront".

Donald Trump a aussi mis la pression sur la Chine, estimant qu'elle pouvait "faire beaucoup plus" pour ramener Pyongyang dans le droit chemin. "Je pense que la Chine fera beaucoup plus (...) Ils savent ce que j'en pense. Cela ne va pas continuer comme ça".

Après les premières déclarations de Donald Trump, la Corée du Nord a affirmé qu'elle envisageait de frapper l'île de Guam, qui appartient aux Etats-Unis et se trouve dans le Pacifique. Jeudi, elle a dévoilé son plan détaillé pour le faire, en tirant quatre missiles de portée intermédiaire.

plus