En plus des lieux de mémoire improvisés près du lieu de la fusillade de Las Vegas, un jardin du souvenir a été aménagé par un demi-millier de bénévoles (illustration). 
En plus des lieux de mémoire improvisés près du lieu de la fusillade de Las Vegas, un jardin du souvenir a été aménagé par un demi-millier de bénévoles (illustration).  (CHRIS WATTIE / X90141 / REUTERS)

Fusillade de Las Vegas : "Un jardin pour panser les plaies" à l'écart des casinos et du Strip

À Las Vegas, les proches des victimes de la fusillade du 1er octobre peuvent se recueillir dans un jardin aménagé par des bénévoles. En quatre jours, ils se sont relayés pour entretenir un mémorial permanent, loin du Strip, pour se recueillir et trouver du réconfort. Le lieu du souvenir a été inauguré vendredi.

Un mémorial permanent, à l'écart du lieu de la fusillade, a été inauguré à Las Vegas - un reportage de Sandrine Etoa-Andegue
--'--
--'--

L'ouverture du mémorial été accompagnée de chansons gospel et d'interventions publiques. Lorsqu'est venu son tour de s'exprimer devant un millier de personnes, Carolyn Goodman, la maire de Las Vegas, très émue, a évoqué les multiples attentions reçues par la ville, après la tuerie perpétré par "quelqu’un qui nous a brutalisés".

Ce jour restera gravé à jamais dans nos mémoires comme un jour douloureux, mais aussi comme une source d’inspiration. Le monde entier nous a appelés. La Tour Eiffel s’est éteinte. Même des gens, à l’autre bout du monde, ont proposé de donner leur sang.

Carolyn Goodman, maire de Las Vegas

à franceinfo

Dans le jardin du souvenir, 58 arbres ont été plantés en mémoire d'autant de victimes décédées. C'est un jardin pour panser nos plaies, dit une participante à la cérémonie. Le lieu de paix a été aménagé par quelque 500 volontaires, à l'instar de Renée, qui met en avant le mouvement de solidarité.

C’est le travail des volontaires, les arbres, les plantes. La peinture et la décoration sont des dons d’entreprises locales. Même la mairie a été surprise qu’on tienne les délais.

Renée, bénévole au jardin du souvenir de Las Vegas

à franceinfo

Las Vegas, ce n’est pas que Sin City ("la cité du péché"), insiste Anne, volontaire pour la création du mémorial. "Las Vegas, ce n’est pas que le Strip", dit-elle en évoquant la grande avenue des casinos.

Las Vegas, c’est aussi toute une communauté, une ville, qui vit loin du Strip et des casinos. Et quand quelque chose survient, on se rassemble comme une famille. On retrousse nos manches comme on dit. On ne se laissera pas abattre, les gens vont de l’avant.

Anne, bénévole du jardin du souvenir à Las Vegas

à franceinfo

Lisa pleure devant la photo de son meilleur ami, Brandon, 32 ans, tout en répétant qu’il faut aller de l’avant. "Il est mort en sauvant la vie de sa copine, il s’est fait tirer dessus", confie-t-elle.

Est-ce que ça va mieux ? Non. Est-ce que ça va partir avec le temps ? Non. Est-ce que ça va nous rendre plus fort ? On l’espère. Vegas est forte. C’est tout ce qu’on a.

Lisa, amie d'une victime de la fusillade de Las Vegas

à franceinfo

Cette volonté affichée d'une ville forte est de plus en plus souvent déclinée à Las Vegas. Une semaine après la fusillade devant le Mandala Bay, un nouveau message s’est affiché entre les hôtels et les casinos du Strip. "Dans les moments difficiles, la lumière de Las Vegas brille plus fort."

plus