Des partisans du \"non\" au référendum manifestent à Istanbul, le 17 avril 2017.
Des partisans du "non" au référendum manifestent à Istanbul, le 17 avril 2017. (BULENT KILIC / AFP)

Turquie : l'opposition réclame l'annulation du référendum sur la révision constitutionnelle

Dès l'annonce des résultats, les deux principaux partis d'opposition en Turquie, le CHP et le HDP (prokurde), ont dénoncé des "manipulations" lors du scrutin. Le CHP va présenter au Haut Conseil électoral (YSK), mardi 18 avril, une demande d'annulation du référendum sur le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan, remporté de peu par ce dernier, dimanche. 

Plus de trois millions de bulletins concernés

A l'origine de ce recours, la décision du YSK de considérer comme valides des millions de bulletins qui n'avaient pourtant pas été tamponnés par les scrutateurs. L'opposition y voit une manœuvre rendant possibles des fraudes. Cette décision, prise à la dernière minute, concerne trois millions de bulletins de vote, soit plus de deux fois le nombre de voix d'avance (1,25 million) du "oui", qui l'a emporté avec 51,4% des suffrages, selon des résultats préliminaires.

Peu après l'annonce de la décision du CHP, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a déclaré mardi que "tout le monde, à commencer par le principal parti d'opposition, doit respecter (...) la parole de la nation". "Ceux qui s'efforcent de jeter une ombre sur le résultat du référendum en propageant des allégations [d'irrégularités] agissent en vain. La volonté de la nation s'est [exprimée] librement dans les urnes, cette affaire est terminée", a ajouté le chef du gouvernement.