Une femme sortant de l\'isoloire, le 16 avril 2017.
Une femme sortant de l'isoloire, le 16 avril 2017. (BULENT KILIC / AFP)

Référendum en Turquie : "Le scénario le plus calme pour l'Union européenne serait qu'Erdogan gagne de justesse"

Les Turcs ont commencé à voter, dimanche 16 avril, à l'occasion d'un référendum pour ou contre le renforcement des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. L'objectif du président est de remplacer le régime parlementaire par un régime présidentiel, avec notamment la suppression du poste de Premier ministre. Recep Tayyip Erdogan s'est montré très offensif contre l'Union européenne au cours de la campagne.

Au-delà de ces "rodomontades", le président turc est "interdépendant avec le camp européen", a déclaré dimanche sur franceinfo Yves Bertoncini, le président de l'Institut Jacques Delors.

Une relation avec l'Europe, essentielle pour les deux parties

En ce qui concerne l'Union européenne, le président de l'Institut Jacques Delors assure que, quel que soit le résultat du référendum, l'UE "a avant tout besoin d'un pouvoir stable et légitime en Turquie". Yves Bertoncini fait également remarquer que malgré ses attaques contre l'Europe, Recep Tayyip Erdogan "a appliqué l'accord migratoire" passé entre l'UE et la Turquie. Cet accord prévoit que la Turquie accueille sur son territoire des réfugiés en échange d'aides de l'Union européenne.

Sur le plan diplomatique et économique, les relations devront revenir à la normal après le résultat du référundum affirme Yves Bertoncini. "La Turquie est membre de l'Otan, dans une région extrêmement instable, avec la guerre en Syrie", explique-t-il avant d'ajouter : "La Turquie fait 45% de son commerce extérieur avec l'Union européenne. Il faut s'attendre à ce que les choses retrouvent un cours un tout petit peu plus normal après le résultat de ce référendum."

L'hypothèse de la victoire du non

"Si le "non" l'emportait que ferait Erdogan pour surmonter ce désaveu ? Ça, c'est imprévisible"; indique le président de l'Institut Jacques Delors.

Le scénario le plus calme pour l'Union européenne serait qu'Erdogan gagne de justesse ce référendum.

Yves Bertoncini

à franceinfo

"Cela l'inciterait peut-être à dominer sa victoire : maintenant qu'il aurait réussi à se tailler une constitution sur mesure, peut-être ferait-il usage de ses nouveaux pouvoirs de manière plus raisonnable que dans la période récente", conclut Yves Bertoncini.

Yves Bertoncini : l'UE "a avant tout besoin d'un pouvoir stable et légitime en Turquie"

00:00-00:00

audio
vidéo