Voir la vidéo

Simone, 71 ans, a récréé un cocon familial autour de 4 jeunes migrants

Institutrice à la retraite, Simone occupe ses journées en s'impliquant dans de nombreuses associations. Au Secours populaire de Guéret, elle est notamment chargée avec d’autres bénévoles de donner des cours de français aux primo-arrivants.

C’est comme cela qu’en février 2016, elle a rencontré Abbas, Pasha, Zana et Khalid. Ces jeunes migrants kurdes ont traversé l’Europe de leur Irak natal pour arriver à la jungle de Calais. En prévision du démantèlement du camp, il ont été envoyés dans un centre d’accueil à Guéret dans la Creuse.

Un foyer retrouvé

De cours de français en visites organisées Simone a fait découvrir à ses “loustics”, comme elle aime les appeler, leur nouveau pays. Aujourd’hui, des liens très forts les lient: “ils vivent, depuis qu’il sont partis, dans un désert affectif. Ils ont besoin je pense d’être aimés”, explique Simone. Plus qu’une professeure, c’est une alliée que Abbas, Pasha, Zana et Khalid se sont trouvés dans ce petit lieu-dit reculé de la Creuse.

Une initiative approuvée par la majorité des habitants

Si certains voisins de Simone ont pu avoir quelques réticences à la venue de migrants dans leur bourg, aujourd'hui ces derniers sont “bien acceptés”, d’après Simone. Pour cette dernière, la question ne se pose pas:“Je suis citoyenne du monde en fait, je n’ai pas la notion de frontières. Je suis ouverte à tous.”