Un drapeau de la Corée-du-Nord à Genève (Suisse), le 2 octobre 2014.
Un drapeau de la Corée-du-Nord à Genève (Suisse), le 2 octobre 2014. (DENIS BALIBOUSE / REUTERS)

La Corée du Nord arrête un Américain accusé d'"actes hostiles"

La Corée du Nord a arrêté un ressortissant américain, le deuxième depuis le mois d'avril, a annoncé l'agence de presse officielle du pays, KCNA, dimanche 7 mai. Elle l'accuse d'"actes hostiles", sans plus de précisions. Au total, quatre ressortissants des Etats-Unis sont détenus par le régime de Kim Jong-un, dans un contexte de tensions croissantes entre Pyongyang et Washington à propos du programme nucléaire nord-coréen.

Kim Hak Song a été interpellé samedi. "Un service compétent mène à l'heure actuelle une enquête détaillée sur ses crimes", a ajouté l'agence KCNA, selon laquelle celui-ci travaillait pour l'Université des Sciences et de la Technologie de Pyongyang.

Dans un communiqué, le département d'Etat américain a indiqué dans un communiqué être "au courant" de la détention de son ressortissant, et affirmé que "la sécurité des citoyens américains est l'une des priorités du département d'Etat".

Il enseignait dans une université fondée par des étrangers

Un autre enseignant américain de cette même université, Kim Sang-Duk, avait été arrêté le 22 avril à l'aéroport de Pyongyang, une arrestation que la Corée du Nord avait confirmée mercredi. Leur université a été fondée par des évangélistes chrétiens étrangers en 2010, et compte un certain nombre d'enseignants américains. Ses élèves sont généralement des enfants de l'élite nord-coréenne.

Deux autres Américains sont détenus en Corée du Nord : Otto Warmbier, un étudiant condamné en 2016 à 15 ans de travaux forcés pour avoir volé du matériel de propagande, et Kim Dong-Chul, un pasteur américano-coréen, emprisonné pour espionnage.

Vendredi, la Corée du Nord avait accusé la CIA d'un complot en vue d'assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.