Une résidente de l\'île de Terre-Neuve au Canada pose devant l\'iceberg, le 16 avril 2017, près de Ferryland.
Une résidente de l'île de Terre-Neuve au Canada pose devant l'iceberg, le 16 avril 2017, près de Ferryland. (GREG LOCKE / REUTERS)

EN IMAGES. Cinq questions sur l'iceberg géant retrouvé à quelques mètres des côtes de Terre-Neuve

Un géant des glaces sur les rivages canadiens. Un imposant iceberg a été repéré (très) près des côtes est de l'île de Terre-Neuve (Canada), à Ferryland, au début du mois d'avril. L'image avait alors été filmée et postée sur YouTube. Des centaines de curieux se pressent désormais pour l'apercevoir, selon le maire de la ville. Mais est-il vraiment si intéressant ? Faut-il s'en approcher ou au contraire se tenir à distance ? Franceinfo fait le tour de cette nouvelle attraction touristique en cinq questions.

Mais comment est-il arrivé là ?

L'iceberg vient "très probablement du Groenland", explique Robin Matthews, un océanographe de l'université Paris-Saclay qui a travaillé plusieurs années à Terre-Neuve. Avec la montée des températures au printemps, des blocs se détachent des bords du glacier et dérivent lentement vers le sud.

Pour le scientifique, ce sont "les courants marins, tel le Gulf Stream, plus que le vent", qui sont responsables de la dérive des icebergs retrouvés près de Ferryland. Il précise également qu'il faut à ces blocs de glace d'eau douce "plusieurs années", pour atteindre les côtes de Terre-Neuve depuis le Groenland.

C'est normal tout ça ?

"Entre avril et juillet", il est "très commun" de pouvoir observer des icebergs depuis les rivages de Terre-Neuve, poursuit Robin Matthews. La région entre le chemin du Labrador, à l'est du Canada, et la pointe nord-est de l'île est d'ailleurs surnommée le "couloir d'icebergs", en référence au nombre de spécimens qui viennent s'y loger, portés par les courants.

Le gouvernement de Terre-Neuve a même créé un site internet pour permettre aux habitants de signaler les icebergs. Fin avril, celui-ci en mentionne une vingtaine aux abords immédiats de l'île. 

L\'iceberg de 46 mètres de haut, photographié le 16 avril au large de Ferryland, sur l\'île de Terre-Neuve, au Canada. 
L'iceberg de 46 mètres de haut, photographié le 16 avril au large de Ferryland, sur l'île de Terre-Neuve, au Canada.  (JODY MARTIN / REUTERS)

Mais le nombre élevé d'icebergs, si tôt dans la saison, "est très inhabituel", remarque l'océanographe. Selon le quotidien canadien La Presse, "616 d'entre eux se sont déplacés dans l'Atlantique Nord [depuis le début de] cette année, comparativement à 687 à la fin du mois de septembre l'an dernier." 

Il est possible que les changements climatiques, en plus de récents vents violents dans la région, soient responsables de la multiplication du nombre d'icebergs, a expliqué le climatologue Michael Mann, de l’université de Pennsylvanie (Etats-Unis), à l'agence Associated Press (en anglais).

Il est vraiment si grand que ça ?

Robin Matthews raconte qu'il est "très difficile d'estimer avec précision" la taille des icebergs. "Les formules mathématiques calculées à partir de la surface émergée permettent d'obtenir une estimation globale. Mais, pour plus de précision, on a recours à des véhicules sous-marins qui permettent d'aller mesurer la partie immergée grâce à des caméras et des sonars."

Celui repéré en avril est plus imposant que les précédents dans la région. Selon un habitant de l'île de Terre-Neuve, cité par CBC News (en anglais), le point culminant de l'iceberg s'élève à 46 mètres au-dessus du niveau de la mer.

C'est environ 15 étages de hauteur. C'est beaucoup plus que ceux que j'ai pu observer lors de mes travaux sur l'île.

Robin Matthews, océanographe

à franceinfo

Mais selon Robin Matthews, "contrairement à d'habitude, la partie visible de celui-ci est certainement plus importante que sa partie immergée". Car sur les rivages de Ferryland, où l'iceberg a été repéré, le fond marin est situé à seulement "20 mètres environ" sous le niveau de la mer"Lorsqu'ils arrivent dans des eaux trop peu profondes, les icebergs se coincent dans le sol", explique le scientifique. Dans ces cas-là, "ils ne flottent plus, mais reposent sur leur partie immergée, ce qui les fait remonter vers la surface."

Another shot of the massive #iceberg off the #coast of #newfoundland #ferryland #socold #explorenewfoundlandlabrador #explorenl #icebergsNL

Une publication partagée par Robin Ryan (@robin.not.robyn) le

Est-ce dangereux de l'approcher ?

A la mi-avril, les voitures se bousculaient sur l'île pour tenter d'apercevoir l'imposant bloc de glace. Sa proximité avec la côte fait le bonheur des touristes, qui s'amusent à se prendre en photo devant lui. Dans La Presse, Adrian Kavanagh explique avoir été surpris par le nombre de visiteurs. "Selon lui, des centaines de personnes des villes environnantes et de Saint-Jean – à environ une heure de route – se sont déplacées", écrit le quotidien.

J'étais très impressionné en le voyant, nos amis en Chine ne vont jamais croire que c'est un vrai iceberg.

un touriste chinois en visite à Ferryland

à Radio Canada, le 14 avril

Cette autre touriste, qui se fait photographier devant l'iceberg en faisant mine de le tenir entre ses doigts, commente sa pose sur Instagram : "Est-on vraiment un touriste si on ne prend pas une photo comme celle-là ?"

Are you even a tourist if you don't take a photo like this #explorenl

Une publication partagée par H A Y L E Y (@hayleymcxo) le

Mais Robin Matthews met en garde les curieux : "Un iceberg peut se fendre ou se retourner brutalement, si la partie hors de l'eau pèse trop lourd." "Si vous êtes sur la côte, vous ne risquez rien, mais il faut se tenir à distance des icebergs, prévient-il. Lors de mon séjour sur l'île, certains touristes se rapprochaient en jet-ski ou dans de petits bateaux. Certains grimpaient même dessus. C'est vraiment stupide." Vous voilà prévenus.

Que va-t-il devenir ?

Un résident de l'île a affirmé à CBC News que, depuis son apparition, l'iceberg avait peu bougé, même s'il s'était fendu en plusieurs blocs. Selon La Presse, le maire de Ferryland, Adrian Kavanagh, a estimé que l'iceberg pourrait rester à cet endroit encore quelque temps. C'est aussi l'avis de Robin Matthews, qui précise cependant que "les icebergs sont imprévisibles. Ils peuvent être coincés, mais bouger ensuite rapidement".