Les vignes de Chablis, dans l\'Yonne, sous le soleil le 15 mai 2017.
Les vignes de Chablis, dans l'Yonne, sous le soleil le 15 mai 2017. (MAXPPP)

Températures estivales en France : "Cela ne va pas durer", selon un prévisionniste

C'est l'été avant l'heure. A partir de mardi 16 mai, la France va avoir droit à une météo ensoleillée et à des températures estivales. Pour expliquer ce phénomène, franceinfo a interrogé Jérôme Cerisier, prévisionniste à Météogroup.

Franceinfo : Pourquoi fait-il soudainement si chaud sur l'Hexagone ?

Jérôme Cerisier : Cette hausse soudaine des températures en France métropolitaine s'explique par un changement brutal de flux qui s'oriente au secteur sud avec le décalage de l’anticyclone vers l’Europe centrale. Des masses d'air chaud remontent depuis le Maghreb et la péninsule ibérique en direction de l'Hexagone et provoquent cette hausse généralisée des températures.

Des records de température vont-ils être battus ?

Non, nous allons avoir des températures de plein été, supérieures de 6 à 10°C aux normales de saison, mais nous serons encore loin des records de chaleur d'un mois de mai. Mercredi, il fera 29 °C à Paris. Et ce mardi, on attend 32 à 33 °C dans le Sud-Ouest. Les records sont bien plus élevés : il avait fait 34,8 °C à Paris le 24 mai 1922 et 36,2 °C à Dax le 30 mai 1996.

L'été va-t-il s'installer plus tôt que prévu sur la France ?

Non, cette vague de chaleur est très temporaire. Ces températures de plein été ne vont pas durer. Nous n'allons avoir que deux journées dignes d’un mois de juillet. Dès mercredi, une perturbation pluvieuse très active va arriver par la Bretagne. Elle va traverser l'Hexagone et entraîner des pluies abondantes occasionnant une chute brutale des températures. On s'attend même à des orages localement forts dans le centre de la France, jeudi.

Les températures vont être divisées par deux en moyenne en 24 à 48 heures. Jeudi, on attend 15 °C à Paris et 16 °C dans le Sud-Ouest. Mais ces cumuls de pluies sur tout le pays sont une bonne nouvelle, car la France connaît un vrai déficit de précipitations depuis l’hiver dernier.

Ce pic de chaleur est-il inhabituel pour la saison ?

Non, au contraire. Connaître un bref épisode de fortes chaleurs au mois de mai, c'est une configuration relativement habituelle et classique.