Dans la cour de récréation d\'une école de Passy (Haute-Savoie), un panneau rappelle l\'interdiction de courir en raison de l\'alerte à la pollution
Dans la cour de récréation d'une école de Passy (Haute-Savoie), un panneau rappelle l'interdiction de courir en raison de l'alerte à la pollution (GREGORY YETCHMENIZA / MAXPPP)

"La seule solution, c'est de déménager" : les habitants de la vallée de l'Arve craignent de nouveaux pics de pollution

Dans la vallée de l'Arve, la famille Sermet se réjouit. Mercredi 4 janvier, le préfecture de Haute-Savoie a mis fin à l'alerte pollution déclenchée le 30 novembre dernier. La neige et le vent ont chassé les particules. "Je vais pouvoir reprendre le sport à l'extérieur de l'école, le roller", commente Tifany, 11 ans.

Exceptionnellement long, le pic de pollution aura duré 36 jours dans cette vallée qui s’étend d’Annemasse à Chamonix. Les particules polluantes y sont produites à 60% par le chauffage au bois, auquel s'ajoute une concentration d'activités industrielles et de gros axes routiers. Pendant l'alerte, les habitants ont dû modifier leurs habitudes. À l'école, interdit de courir : beaucoup d'enfants ont passé le mois de décembre à faire des jeux de société ou à lire, plutôt qu'à sortir dans la cour de récréation.

Une manifestation citoyenne à Passy

La famille Sermet en est consciente : les pics de pollution reviendront. La vallée de l’Arve connaît en moyenne plus de jours de dépassement des normes sanitaires que la région parisienne. La maman, Cristel, s'inquiète. Son petit Nathan, 5 ans, souffre de rhinopharyngites. "Il est encombré. Il tousse, décrit cette secrétaire médicale. Nathan n'a pas ces toux et ces ronflements au printemps et en été."

Cette toux n'est pas liée à une maladie. C'est très saisonnier.

Cristel, habitante de la vallée de l'Arve

à franceinfo

La famille Sermet, ici photographiée en janvier 2017, habite la vallée de l\'Arve (Haute-Savoie), une zone particulièrement touchée par la pollution
La famille Sermet, ici photographiée en janvier 2017, habite la vallée de l'Arve (Haute-Savoie), une zone particulièrement touchée par la pollution (ANNE-LAURE BARRAL / RADIO FRANCE)

Chaque jour, Cristel et Didier culpabilisent lorsqu’ils prennent leur voiture ou allument leur cheminée. Mais "on ne peut pas arrêter les feux de cheminée, à moins d'arrêter de se chauffer", souligne Didier. "La seule solution c'est de déménager", conclut-il. Une manifestation citoyenne est organisée jeudi soir à Passy : cette petite commune de la vallée de l'Arve, située au pied du Mont-Blanc, est plus polluée que Paris.

Reportage d'Anne-Laure Barral auprès d'une famille de la vallée de l'Arve, qui sort d'un épisode de pollution exceptionnel
--'--
--'--

plus