La glace recule de un à deux mètres tous les ans aux Deux-Alpes.
La glace recule de un à deux mètres tous les ans aux Deux-Alpes. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Pour sauver son glacier, la station des Deux-Alpes va installer des canons à neige

Alors qu'il est encore possible de skier presque toute l'année dans certaines stations françaises, certains glaciers disparaissent lentement. La station des Deux-Alpes a pris les devants et a décidé d'installer six canons à neige à 3 600 mètres d'altitude pour sauver son glacier. Il s'agit d'une première en France. Avec cette installation, Arnaud Guerrand, responsable opérationnel neige aux Deux-Alpes, entend "conserver la glace de l'été l'hiver". 

Franceinfo : Votre glacier est en train de disparaître ? 

Arnaud Guerrand : En effet, comme tous les glaciers alpins, notre glacier subit le réchauffement climatique de ces dix dernières années. Le glacier a perdu en épaisseur et un lac s’est formé à son pied. Nous avons donc la chance d’avoir de l’eau liquide à 1 300 mètres ; l’objectif est donc de récupérer cette eau liquide pour la retransformer en solide en faisant de la neige pour préserver au mieux la glace. Nous suivons le glacier depuis des années et nous perdons un ou deux mètres de glace en moins par an.

Cette perte est due à une absence d’accumulation de neige l’hiver. Nous n’arrivons plus à conserver d’un été à l’hiver de la neige qui protège de la fonte. L’objectif est de pouvoir, grâce à la neige de culture et sa résistance mécanique permise par sa très forte densité, accumuler suffisamment de neige sur le glacier et contrer l’effet de fusion l’été et conserver ainsi en permanence de la neige sur le glacier. 

Le glacier, donc, faute d’action, serait à terme condamné ? 

Effectivement. Il nous reste aujourd’hui entre 60 et 80 mètres de glace. C’est raisonnable, mais d’ici trente ans, à ce rythme, le glacier aura disparu. 

Il s’agit de favoriser le tourisme ou est-ce aussi un enjeu écologique ? 

Le plus important à mes yeux est de conserver notre capital glace. Il s’agit là de notre ressource en eau. Demain, grâce à l’accumulation de glace, nous pourrons effectuer ce que nous appelons la bascule, c’est-à-dire conserver la glace de l’été à l’hiver.

plus