L\'avalanche a eu lieu à Tignes, mardi 7 mars. Elle n\'a fait aucune victime.
L'avalanche a eu lieu à Tignes, mardi 7 mars. Elle n'a fait aucune victime. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Avalanche à Tignes : la faute au "hasard" et aux "caprices de la nature"

Une coulée de neige a traversé mardi 7 mars une piste bleue de la station de sports d'hiver de Tignes (Savoie), sans faire de victime. De nombreux skieurs ont tout de même été "bousculés", selon la préfecture d'Albertville, qui a fait état de 25 personnes prises en charge par les secours, "plus ou moins choquées".

Le secteur touché, situé à 2 600 mètres d'altitude, avait pourtant été "purgé" dans la matinée, a expliqué sur franceinfo le directeur de la station, Philippe Perinet. Selon lui, seuls "le hasard et les caprices de la nature" sont responsables de l'avalanche.

franceinfo : Une avalanche qui touche le domaine skiable est très rare. Comment l'expliquez-vous ?

C'est tout simplement dû aux conditions météorologiques vraiment spécifiques qu'on a depuis plusieurs jours : de grosses chutes de neige sans discontinuer, accompagnées de fortes rafales de vent. Cela fragilise un peu plus un manteau neigeux qui était déjà instable.Toutefois la coulée n'a pas atteint le domaine skiable, elle est tombée en parallèle de la piste. C'est l'effet de souffle de l'avalanche qui a atteint le domaine skiable. C'est la raison pour laquelle certains skieurs ont été bousculés et que d'autres sont tombés ou ont perdu leurs skis. Mais personne n'a été blessé.

Les pentes du domaine skiable sont-elles régulièrement "purgées" pour éviter les avalanches ?

Oui. Tous les matins nous avons un plan d'intervention de déclenchement d'avalanches. Le secteur du Palet, situé à 2600 mètres, qui a été touché, avait été purgé mardi matin. La purge n'avait d'ailleurs rien donné, c’est-à-dire qu'aucune plaque n'était partie. C'est vraiment le hasard et les caprices de la nature qui ont fait que cette avalanche se déclenche toute seule.

Le risque zéro n'existe pas ? 

Le travail de purge et le travail des pisteurs sont remarquables et ils sont chaque année un peu plus importants. Mais nous sommes en pleine nature et celle-ci reprend ses droits de temps en temps. Il y a plein de choses qui peuvent encore être améliorées. On peut, par exemple, répertorier des zones qui n'ont jamais été répertoriées comme des zones avalancheuses. Nous avons une carte qui est mise à jour chaque année. L'année prochaine, il y aura une marque sur la carte pour indiquer que le secteur du Palet peut être avalancheux

plus