De nombreux pêcheurs à pied se sont retrouvés dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d\'Armor), à l\'occasion de la marée du siècle, samedi 21 mars.
De nombreux pêcheurs à pied se sont retrouvés dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), à l'occasion de la marée du siècle, samedi 21 mars. ( MAXPPP)

Marée du siècle : "Je voulais voir ça au moins une fois dans ma vie"

"Impressionnant." Le mot était sur (presque) toutes les lèvres à Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), samedi 21 mars, à l'occasion de la marée du siècle. L'eau a atteint 12,45 mètres dans le port du Légué, inondant légèrement les quais. Rien d'inhabituel en Bretagne, mais l'événement a attiré de nombreux Briochins et des touristes, venus observer la mer à son plus haut niveau ou profiter de la marée basse pour aller pêcher à pied.

Francetv info a recueilli le ressenti de quatre amateurs, venus observer la marée du siècle dans la baie de Saint-Brieuc.

Sébastien allie "le plaisir des yeux" au "plaisir du ventre"

"Ca doit être dans les gênes des Bretons, cette envie de venir voir les marées d'équinoxe." Il faut en effet être très motivé pour venir dès 8 heures du matin sur les grèves de Langueux, près de Saint-Brieuc, comme Sébastien. Le trentenaire a embarqué ses jumelles dans l'espoir d'observer les oiseaux du parc naturel à l'occasion de la grande marée. Mais avec l'épais brouillard qui flotte au-dessus des prés salés, difficile de repérer les volatiles. Sébastien se concentre donc sur les réjouissances de l'après-midi. "Le plus intéressant, c'est dans six heures, prévient-il. La marée haute, c'est pour le plaisir des yeux. La marée basse, c'est pour le plaisir du ventre, du moins pour les pêcheurs à pied."

Pour les photos de Jean-Louis, "mieux vaut une bonne tempête"

Beaucoup de Briochins ont voulu immortaliser le niveau de la mer. Parmi eux, Jean-Louis est venu avec sa femme photographier les vagues sur la plage des Rosaires, à Plérin. Une expérience pas forcément concluante. "Il n'y a pas de vent, donc ce n'est pas très impressionnant, constate le retraité. Finalement, mieux vaut une bonne tempête qu'une marée du siècle, pour faire de la photo." Pas sûr que la photographe qui s'est retrouvée copieusement arrosée par un paquet de mer en s'approchant trop près de l'eau, quelques minutes plus tard, partage son avis...

Catherine : "A ce rythme, je sens qu'on va rentrer avec 3 moules..." 

Les pêcheurs à pied s'étaient donné rendez-vous sur le port du Piégu, à Pléneuf-Val-André, pour profiter de la marée exceptionnellement basse. Dès 13 heures, ils étaient des dizaines à marcher parmi les rochers en quête de moules et d'ormeaux. Catherine, elle, est surtout venue pour "jouer et patouiller dans l'eau" avec ses enfants. Deux de ses filles sont déjà occupées à farfouiller dans les trous d'eau avec leurs épuisettes. "A ce rythme, je sens qu'on va rentrer avec 3 moules et deux coques..., prédit Catherine. Mais au moins, on aura vu la mer!"

 Hubert "voulait voir ça au moins une fois dans sa vie"

La marée du siècle n'a pas attiré que des Bretons dans la baie de Saint-Brieuc. Hubert et Marie-Yvonne, deux "pré-retraités", sont venus du Jura spécialement pour observer les vagues sur la plage des Rosaires. "Je voulais voir ça au moins une fois dans ma vie, je ne serai plus là dans 100 ans!", précise Hubert. Il est un peu déçu d'apprendre que le phénomène se produit en réalité tous les 18 ans. Il faut toutefois plus pour entamer l'humeur des deux touristes : ils promettent de revenir voir la marée basse en début d'après-midi, puis "les grosses vagues" lors de la prochaine montée des eaux, vers 20 heures.

plus