Voir la vidéo
France 3

Cyberattaque : pas de chaos en France, mais un gros bogue

Le groupe automobile Renault fait partie des victimes de la cyberattaque mondiale sans précédent lancée vendredi dernier. Ce lundi matin, le site Renault de Douai (Nord) était toujours à l'arrêt par mesure préventive. La direction a suspendu l'activité pour laisser le temps aux techniciens de sécuriser les systèmes informatiques. Résultat : 3 500 ouvriers sont au chômage technique.

Aucune source identifiée

Entreprises, chancelleries ou simples particuliers, le virus a touché plus de 200 000 ordinateurs dans plus de 150 pays. L'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (ANSSI) écarte ce lundi soir tout risque de cyberchaos sur le sol français. Parmi les autres victimes mondiales, un géant de la téléphonie espagnole, plusieurs entreprises en Inde et même des stations-service en Chine. Le virus est puissant et particulièrement difficile à détecter. Pointée du doigt, la Russie dément ce soir toute implication. Pour l'heure, la source de ce piratage n'a pas été identifiée.

plus