L\'application Facebook sur un iPhone, le 28 août 2017.
L'application Facebook sur un iPhone, le 28 août 2017. (JAAP ARRIENS / NURPHOTO)

L'Espagne inflige une amende de 1,2 million d'euros à Facebook pour atteinte à la protection des données

Une somme de 1,2 million d'euros. L'Agence espagnole de protection des données a infligé à Facebook, lundi 11 septembre, une amende pour avoir collecté des informations sur les usagers sans avoir recueilli leur consentement. Le réseau social a deux mois pour contester l'amende. L'AFP a cherché à joindre Facebook en Espagne, sans succès.

Selon cet organisme dépendant de l'Etat espagnol, Facebook collecte des données "sur l'idéologie, le sexe, les croyances religieuses, les goûts personnels et la navigation [sur internet], sans informer de manière claire" les internautes, sur l'usage qui en sera fait. Le réseau social s'en sert "à des fins publicitaires, entre autres, sans obtenir le consentement exprès des usagers", comme c'est prévu par la loi sur la protection des données, dénonce cette agence. Ce qui constitue une "infraction très grave", ajoute-t-elle.

Facebook n'éliminerait pas les données collectées

Ainsi, Facebook tire des informations des interactions entre usagers et sur des sites tiers sans qu'ils sachent ce que le réseau social va en faire. C'est le cas quand ils visitent des pages hors Facebook. Ils offrent la possibilité de cocher "cela me plaît", ou, quand, sans être membres, ils se rendent sur la page d'un membre.

Enfin, selon l'agence, Facebook n'élimine pas les données collectées, même si la personne a fermé son compte et demande que ses données soient effacées, les conserve pendant plus de 17 mois grâce à une "cookie".

Des procédures similaires à celle enclenchée en Espagne existent dans d'autres pays. Ainsi, en mai en France, le réseau social américain a été condamné à une amende de 150 000 euros pour "de nombreux manquements" à la loi française protégeant les utilisateurs d'internet.

plus