Les géologues de Variscan, Jérôme Gouin (à gauche) et Maxime Picault (à droite), examinent un prélèvement de sol, le 15 avril 2015 à Montrevault (Maine-et-Loire).
Les géologues de Variscan, Jérôme Gouin (à gauche) et Maxime Picault (à droite), examinent un prélèvement de sol, le 15 avril 2015 à Montrevault (Maine-et-Loire). (THOMAS BAIETTO / FRANCETV INFO)

Maine-et-Loire : une entreprise a débuté les forages pour trouver de l'or

Bienvenue au Far-Ouest. Variscan Mines a commencé à réaliser des forages dans le sol angevin (Maine-et-Loire), afin de trouver des gisements d'or et d'envisager une exploitation, indique France 3 Pays de la Loire. C'est une nouvelle étape importante pour l'entreprise, qui prospecte depuis déjà trois ans dans le secteur.

"La roche qu'on va rechercher, ce sont des veines de quartz assez grosses, explique Jérôme Gouin, chef de projet. Parce qu'on sait que, dans la région, c'est dans ces veines de quartz qu'on va avoir potentiellement l'or et l'argent que l'on recherche." Pendant trois à quatre semaines, la compagnie prévoit de prélever 1 300 m de carottes sur deux sites, indique un communiqué (en anglais), lundi 13 février.

Un permis de recherche accordé en 2014

Pour l'heure, les forages ont lieu sur un seul des deux sites "identifiés comme porteurs de filons aurifères par les données d’archives et l’extraction jadis réalisée ici", poursuit Jérôme Gouin, interrogé par Ouest-France. Cette étape prolonge un très long travail initié en 2014, avec 9 000 analyses réalisées sur six sites différents.

Cette année-là, l'Etat avait donné son feu vert à des explorations dans le sous-sol de 33 communes des Mauges, dans le Maine-et-Loire, et un an plus tard, franceinfo était parti à la rencontre de géologues, lors de leur méticuleux travail de prélèvement.

Un long passé minier dans la région

Tous ces efforts peuvent paraître étonnants, mais la région a un fort passé aurifère. A l'époque gallo-romaine, les légionnaires qui venaient combattre les gaulois se payaient en or, celui de Saint-Pierre-Montlimart. Entre 1905 et 1952, la compagnie des mines de la Bellière a extrait 10,4 tonnes de métal précieux. Au plus fort de son activité, elle employait 750 ouvriers.

Même si les forages sont concluants, le chemin est encore long avant de voir une mine dans la région d'Angers. Le permis exclusif de recherche minière n'autorise pas Variscan à ouvrir une mine, mais simplement à évaluer les ressources minières du sous-sol. Un éventuel permis d'exploitation ne sera accordé que dans un second temps.

plus