Photographie du mot signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et adressé par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015.
Photographie du mot signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et adressé par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. (EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3)

Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : pourquoi ce nouveau document pose question

Il n'en fallait pas plus pour relancer les spéculations sur le principal suspect du meurtre de sa femme et de ses quatre enfants en avril 2011 à Nantes. Un courrier signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et proclamant "Je suis encore vivant" est parvenu à une journaliste nantaise, mi-juillet, révèle France 3, vendredi 24 juillet. L'étrange message rédigé en lettres capitales est rédigé au dos d'une photo qui semble être celle de deux des fils de Xavier Dupont de Ligonnès, assassinés, et qui n'était jamais parue dans la presse.

Oeuvre d'un corbeau ? Du suspect lui-même ? Le document sème le doute. Francetv info vous explique pourquoi.

"Il ne s'agit pas de la même écriture"

Le courrier, daté du 11 juillet et arrivé quelques jours plus tard au bureau de l'AFP à Nantes, a été remis à la police qui procède à des expertises pour tenter d'en identifier l'auteur, notamment grâce à une analyse graphologique, dont on ignore encore quand les résultats seront publiés.

Au verso d'une photo, il est écrit en majuscules "Je suis encore vivant", puis en minuscules : "De là jusquà cette heure" (sic). Le message écrit à la main est signé "XAVIER Dupont de Ligonnès".

Photographie du mot signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et adressé par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015.
Photographie du mot signé "Xavier Dupont de Ligonnès" et adressé par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. (EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3)

Y trouveront-ils une preuve de vie de Xavier Dupont de Ligonnès ? Rien n'est moins sûr. "Des premières comparaisons visuelles avec des documents authentifiés de XDDL montreraient qu’il ne s’agit pas de la même écriture", croit savoir Le Parisien (article payant). Le journal local Presse Océan confirme : "Cela paraît hautement improbable, tant les écritures sont différentes."

"Pourquoi serait-il à Nantes ?"

"Si c’était lui, je pense qu’il aurait écrit à l’un de ses proches plutôt qu’à une journaliste. Et puis il n’aurait aucune raison de médiatiser le fait d’être toujours vivant. Enfin, pourquoi serait-il à Nantes ?", s'interroge Me Stéphane Goldenstein, avocat de la mère et d'une des sœurs du suspect, contacté par Le Parisien. Mais cela n'élimine pas la piste d'un éventuel corbeau.

Ossements et canular : des infos farfelues récurrentes

Xavier Dupont de Ligonnès a été vu pour la dernière fois le 15 avril 2011, quittant à pied un hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens (Var), avec sur le dos un étui pouvant contenir une carabine.

En mai 2015, l'analyse d'ossements retrouvés près de Fréjus, non loin de Roquebrune, a permis de déterminer qu'ils n'étaient pas les siens, contrairement à ce qui avait un temps été imaginé. Depuis sa disparition, l'homme suscite une certaine fascination et de nombreux signalements dans le monde entier, ainsi que des canulars.

En mai toujours, un sexagénaire se faisant passer pour lui et menaçant de tuer sa petite-fille avait été interpellé dans un TGV en gare de Massy-Palaiseau (Essonne). L'homme, habitué des canulars téléphoniques, avait appelé la police qui avait retracé l'appel jusqu'à un TGV effectuant la liaison Lille-Bordeaux. L'homme n'était pas armé et n'était pas accompagné d'une fillette. Il a été placé en garde à vue et la SNCF a porté plainte.

Le pénaliste Stéphane Goldenstein assure en outre au Parisien recevoir régulèrement des informations "le plus souvent fantaisistes". Récemment, "un interlocuteur lui a ainsi confié avec le plus grand sérieux que XDDL avait, il y a de longues années, tué un général étranger dans un arrondissement huppé de Paris", raconte le quotidien.

Une photo "jamais parue dans la presse" troublante

Il n'empêche que la photo des deux enfants Ligonnès perturbe ceux qui connaissent le dossier. Les deux garçons, qui semblent être Arthur et Benoît, l'aîné et le benjamin de la famille, sont assis côte à côte devant une table de cuisine ou de salle à manger. Le cliché n'est pas daté. Impossible par conséquent de déterminer l'âge des deux frères au moment de la prise de vue. Cependant, la scène remonterait à plusieurs mois avant leur mort.

Photographie adressée par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015.
Photographie adressée par un corbeau à une journaliste de Nantes (Loire-Atlantique), la semaine du 13 juillet 2015. (EDOUARD DA COSTA / FRANCE 3)

Jamais parue dans la presse, l'image suscite les interrogations de Presse Océan : "Est-ce un original ? Ou a-t-elle été rééditée depuis un fichier numérique ? D’où vient-elle ? D’un proche ? Si oui, de qui ?"

Des recherches d'empreintes digitales ou de traces ADN seront effectuées sur le recto et le verso de l'image, afin de les comparer avec celles de Xavier Dupont de Ligonnès.