Mohamed Abrini et Salah Abdeslam (à droite) sur une image de vidéosurveillance d\'une station-service à Ressons-sur-Matz (Oise), le 11 novembre 2015, deux jours avant les attentats de Paris.
Mohamed Abrini et Salah Abdeslam (à droite) sur une image de vidéosurveillance d'une station-service à Ressons-sur-Matz (Oise), le 11 novembre 2015, deux jours avant les attentats de Paris. (AFP)

Mohamed Abrini, suspect-clé des attentats du 13-Novembre, a été mis en examen en France

Il est impliqué dans les attentats de Paris, perpétrés le 13 novembre 2015, et de Bruxelles, le 22 mars 2016 : Mohamed Abrini a été mis en examen par la justice française, lundi 30 janvier, dans le cadre de l'enquête sur le 13-Novembre, ont annoncé ses avocats. Détenu en Belgique depuis avril, il avait été remis aux autorités françaises pour une journée, et comparaissait pour la première fois devant la justice française. "Le juge d'instruction ne lui a pas posé de questions", ont déclaré ses avocats.

Les juges antiterroristes français avaient délivré un mandat d'arrêt contre lui le 24 novembre 2015, notamment pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste en bande organisée".

Il apparaissait sur des images de vidéosurveillance d'une station-service de l'Oise, deux jours avant les attentats de Paris, en compagnie de Salah Abdeslam, et à bord de la Clio noire qui a servi à transporter les kamikazes du Stade de France.

Egalement impliqué dans les attentats de Bruxelles

Mais il n'avait pas encore été remis à la France par la justice belge, qui avait besoin de lui pour faire avancer l'enquête sur les attentats de Bruxelles. Arrêté le 9 avril en Belgique, il avait reconnu avoir accompagné deux kamikazes à l'aéroport de la capitale belge le 22 mars. Il apparaissait en leur compagnie sur des images de vidéosurveillance, qui lui avaient valu d'être surnommé "l'homme au chapeau".

"Dans le cadre de l'enquête à la suite des attentats à Paris le 13 novembre 2015, Mohamed Abrini a été remis aux autorités judiciaires françaises pour une période de 1 jour", avait annoncé lundi le parquet fédéral belge dans un communiqué.