Voir la vidéo
FRANCE 2

Attentat des Champs-Élysées : le point sur l'enquête

Pour le moment, l'enquête ne révèle pas la présence d'un ou plusieurs complices sur l'attaque de ce jeudi 20 avril à Paris. "On parle d'un homme avec un parcours criminel long. Avec un état psychologique extrêmement fragile. Finalement, il apparaît une autre part d'ombre, c'est celle que l'on a retrouvée dans la voiture de ce terroriste. Dans la voiture qui a servi à l'attaque, on retrouve un Coran et une lettre manuscrite où il justifie l'action de l'État islamique en Syrie notamment", explique Audrey Goutard.

Mauvais suspect

Il y a cependant eu un moment de confusion. Le groupe État islamique a fait sa revendication au nom d'un Belge, et non pas au nom de l'assaillant. "Tout est parti d'un avis de recherche lancé hier par la police belge concernant un certain Youssouf de 35 ans habitant Anvers. Lors d'une perquisition à son domicile, les enquêteurs ont retrouvé un billet de train Thalys Bruxelles-Paris à la date d'hier soir ainsi que des armes et une cagoule. Les policiers d'Anvers ont tout de suite prévenu leurs collègues français. Mais le lien a visiblement été fait un peu trop vite, car le suspect s'est présenté de lui-même, ce matin, au commissariat d'Anvers. Il se trouve qu'il travaillait hier soir au moment des faits", précise Valéry Lerouge en direct de Bruxelles.

plus