13-Novembre

Une série d'attaques simultanées ont été perpétrées à Paris et à Saint-Denis, le 13 novembre 2015. 129 personnes ont perdu la vie, 350 ont été blessées. Il s'agit des attentats les plus meurtriers jamais commis en France. Ils ont été revendiqués par l'Etat islamique.

Ces attentats étaient coordonnés. Plusieurs équipes de terroristes ont opéré à quelques minutes d'intervalle. A Saint-Denis, trois kamikazes, qui avaient essayé en vain d'entrer dans le Stade de France pour le match France-Allemagne, se font exploser à l'extérieur vers 21h20, faisant un mort et plusieurs blessés. Entre 21h25 et 21h40, une deuxième équipe de terroristes sillonnent en voiture les rues des Xe et XIe arrondissements de Paris et tirent sur des personnes attablées à des cafés et des restaurants : rue Alibert (au Carillon et au Petit Cambodge), rue de la Fontaine au roi (à la Bonne bière et à Casa Nostra), rue de Charonne (à La belle équipe). 39 personnes sont tuées. Un kamikaze, membre de cette équipe, se fait exploser boulevard Voltaire au Comptoir Voltaire, ne faisant pas de victime. Une troisième équipe de trois terroristes s'introduit dans le Bataclan, une salle de concert, et tire sur les spectateurs : 89 d'entre eux périssent. La BRI et le RAID interviennent en fin de soirée pour libérer les otages et abattre les terroristes.


Des Parisiens se rassemblent devant le Bataclan, le 13 novembre 2016, à Paris, un an après les attentats qui ont touché la capitale. 
Attentats: le préjudice d'angoisse reconnu
Salah Abdeslam, lors de son arrestation à Molenbeek (Belgique), le 18 mars 2016.
VIDEO. Le mystère du papier dans la chaussette de Salah Abdeslam évoqué dans "Cellule de crise" sur France 2
Marine Le Pen, à Deols, dans le centre de la France, en mars 2017.
Attaque d'Orly : les réactions politiques
Personne munie d\'un téléphone portable (photo d\'illustration)
Le frère d'un des terroristes du 13-Novembre condamné pour avoir communiqué avec la Syrie depuis sa prison
Le siège du Conseil constitutionnel, à Paris. 
Assignations à résidence : le Conseil constitutionnel valide les prolongations au-delà d'un an
En France, treize personnes poursuivies ou condamnées pour jihadisme sont surveillées grâce à un braclet électronique.
État d'urgence : témoignage d'un assigné à résidence
François Hollande en visite à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), le 11 mars 2017.
François Hollande confirme le maintien de l'état d'urgence "jusqu'au 15 juillet"
Le 18 novembre 2015, la police donnait l\'assaut dans cet immeuble de Saint-Denis, près de Paris, dans le cadre de l\'enquête sur les attentats du 13-Novembre
Attentats du 13-Novembre : un frère d'Hasna Aït Boulahcen mis en examen pour non dénonciation de crime terroriste
François Hollande le 16 mars 2017 à Toulon (Var), lors de l\'inauguration d\'un mémorial du Débarquement et de la Libération de la Provence.
VIDEO. Hollande confirme le maintien de l'état d'urgence jusqu'au 15 juillet
Un militaire de l\'opération Sentinelle, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 24 décembre 2016.
Terrorisme : l'état d'urgence bientôt levé ?
Un militaire de l\'opération Sentinelle, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 24 décembre 2016.
Les conditions sont réunies pour "une sortie de l'état d'urgence", estime le ministre de la Justice
Un portrait de Salah Abdeslam, diffusé le 15 novembre 2015 par la police française.
Un an après... l'arrestation de Salah Abdeslam
Des galets en hommage aux victimes de l\'attentat du 14-Juillet sont disposés à Nice (Alpes-Maritimes), le 9 février 2017.
Deux fausses victimes de l'attentat de Paris se font passer pour des victimes de l'attentat de Nice
Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tue par Mohamed Merah, au lycée lycee Louis-Davier de Joigny, 18 janvier 2017.
Cinq ans après l'affaire Merah : "Pas le droit de baisser les bras", dit la mère de l'une des victimes
La secrétaire d\'Etat aux victimes Juliette Méadel, à Montargis (Loiret), le 19 septembre 2016.
Victimes d'attentats : Juliette Méadel veut créer des "centres de résilience" à Nice, Toulon, Lyon et Paris
Un militaire de l\'opération Sentinelle, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 24 décembre 2016.
État d’urgence : la France épinglée par Amnesty International
Un militaire de l\'opération Sentinelle, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 24 décembre 2016.
Une année 2016 "extrêmement préoccupante" pour les droits de l'homme en France, selon Amnesty International
Des policiers lors d\'une manifestation contre la loi Travail, à Bordeaux (Gironde), le 26 mai 2016.
"Injustifiable", "inefficace" et "détourné de son objectif" : l'état d'urgence en France dans le viseur d'Amnesty International
Siège de la direction des renseignements généraux français, à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine.
Renseignement et lutte contre le terrorisme : la fusion de la DST et des RG a été "une erreur profonde"
Des touristes se prennent en photo sur l\'esplanade du Trocadéro, à Paris, le 29 septembre 2016. (Photo d\'illustration)
Tourisme : les mauvais chiffres de Paris et de l'Ile-de France en 2016
Message d\'hommage aux victimes écrit sur l\'une des nombreuses lanternes bleu blanc rouge déposées sur le canal Saint-Martin le 13 novembre 2016.
Les 7 709 hommages aux victimes des attentats du 13 novembre mis en ligne par les Archives de Paris
Des passants rendent hommage aux victimes des attentats du 13 novembre au pied de la statue de la place de la République, à Paris, le 15 novembre 2015.
Les hommages aux victimes du 13 novembre mis en ligne par les archives de Paris
Des Parisiens se rassemblent devant le Bataclan, le 13 novembre 2016, à Paris, un an après les attentats qui ont touché la capitale. 
Bientôt un film hollywoodien sur le 13-Novembre ? "Je trouve ça inadmissible", s'énerve une rescapée du Bataclan
Des personnes rendent hommage aux victimes de l\'attentat du Bataclan, le 13 novembre 2016, à Paris.
Hollywood prépare un film inspiré des attentats du 13 novembre à Paris
Un an après les attentats terroristes du 13 novembre 2015, rassemblement à la mémoire des victimes devant le Bataclan.
Un an après : les attentats du 13 novembre
Des soldats en patrouille dans les rues de Nice, en février 2017. 
Carnaval de Nice : "Le même niveau de sécurité qu'à l'intérieur d'un aéroport"
Le préjudice d\'angoisse : une revendication des victimes d\'attentats terroristes.
C'est dans ma tête. Le "préjudice d'angoisse".
Un an après les attentats terroristes du 13 novembre 2015, rassemblement à la mémoire des victimes devant le Bataclan.
C'est dans ma tête. Le Bataclan, un an après.
Inauguration du carnaval de Nice 2014, le 14 février
Le 133e Carnaval de Nice placé sous haute surveillance
Julien à Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), le 18 janvier 2017, où il est assigné à résidence.
TEMOIGNAGE FRANCEINFO. La vie "en miettes" de Julien, assigné à résidence depuis plus d’un an

123456789102030405060708087