Voir la vidéo
FRANCE 2

Brigades spécialisées de terrain : des policiers en première ligne

Huit heures par jour, sept jours sur sept, inlassablement, ils arpentent les quartiers les plus sensibles de Grenoble (Isère). Ce sont les policiers de la brigade spécialisée de terrain. Leur mission : lutter contre la délinquance et les trafics de drogue dans des cités où ils sont rarement les bienvenus. La plupart d'entre eux préfèrent rester anonymes. Des policiers jeunes, 30 ans en moyenne, issus d'autres services ou d'ailleurs. Ils se sont portés volontaires pour intégrer cette brigade où chaque patrouille se fait en tenue d'intervention. "On a un gilet tactique, on a une bombe lacrymogène apparente, des grenades au cas où. C'est vrai que ça peut faire cow-boy. Mais je ne me considère pas cow-boy du tout", indique l'un d'entre eux.

Des contrôles réguliers, mais pas abusifs

Objectif ce jour-là, contrôler un bar du secteur. Selon les policiers, il pourrait servir de repère à des dealers. Des contrôles réguliers qui restent troublants pour certains clients. "C'est violent parce qu'on ne s'y attendait pas. Bon, quand on a rien à se reprocher ça va, mais ça fait un peu bizarre", livre l'un d'entre eux. Des contrôles quotidiens qui parfois peuvent dégénérer. Ce sont des brigades comme celle-ci qui ont été mises en cause pour le viol présumé de Théo à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) il y a deux mois.