Procès de Monflanquin

Le procès de Monflanquin fait référence à l'affaire judiciaire d'une escroquerie hors du commun. Entre 1999 et 2009, la famille de Védrines aurait vécu sous la coupe d'un escroc, qui l'aurait spoliée de tous ses biens. Cette affaire a défrayé la chronique du fait de l'ampleur de la manipulation mentale et de la personnalité de l'accusé, Thierry Tilly. Les « reclus de Monflanquin » devient le surnom de la famille, en référence à son château de Monflanquin (Lot-et-Garonne). Le procès oppose ainsi Thierry Tilly, le gourou présumé, aux reclus dépossédés de tous leurs biens.

Thierry Tilly, le manipulateur des "reclus de Monflanquin", le 27 septembre 2012 au palais de justice de Bordeaux (Gironde). 
Reclus de Monflanquin : Thierry Tilly condamné à dix ans de prison
Ghislaine Marchand- de Vedrines, l'une des "reclus de Monflanquin", le 22 avril 2013 à Bordeaux, lors de l'ouverture du procès en appel de Thierry Tilly.
VIDEO. L'affaire des "reclus de Monflanquin" jugée en appel
Daniel Picotin, un des avocats des "reclus de Monflanquin", a proposé au gouvernement et aux parlementaires un texte visant à renforcer la législation contre les manipulations mentales, le 5 octobre 2012.
Manipulation mentale : un manifeste pour que les familles puissent porter plainte
Thierry Tilly, le manipulateur de la famille Védrines, dans les couloirs du tribunal correctionnel de Bordeaux (Gironde), le 24 septembre 2012.
Quelles séquelles pour les "reclus de Monflanquin" ?
Christine de Védrines (devant) et son mari Charles-Henri (D) ainsi que leur fille cadette Diane (en rose), au tribunal de Bordeaux, le 24 septembre 2012.
Au procès de Monflanquin, chevalières, colliers de perles et confessions
Le château de Martel, où onze membres de la famille Védrines ont vécu reclus des mois durant, à Monflanquin, dans le Lot-et-Garonne. 
A Monflanquin, le village qui fait mine de ne pas s'intéresser
Ghislaine Marchand, Me Martial (C) et Me Ducos-Ader, au palais de justice de Bordeaux, le 24 septembre 2012. Chaque jour, un public nombreux les attend.
Monflanquin : un spectacle de choix pour la bonne société bordelaise
Ghislaine de Védrines épouse Marchand et son fils se barricadent, en novembre 2009, dans leur maison d'Oxford malgré l'arrestation de leur gourou, Thierry Tilly, quelques semaines auparavant.
Le quotidien des reclus de Monflanquin
Les avocats des parties civiles (de g. à dr.), Benoît Ducos-Ader, Edouard Martial et Daniel Picotin, chaque jour prompts à souligner les improbables détails de la vie du prévenu Thierry Tilly, le 24 septembre 2012 à Bordeaux. 
Monflanquin : les vies imaginaires du gourou
Alexandre Novion, avocat de Thierry Tilly, le 24 septembre 2012 au tribunal de Bordeaux.
Monflanquin : l'invraisemblable show du gourou
Le clan Védrines à l'ouverture du procès de leur gourou, le 24 septembre 2012 à Bordeaux. Au premier rang de g. à d., François, Guillemette, Ghislaine et Jean Marchand. Au second rang, Amaury, Guillaume, Christine, Philippe et Brigitte de Védrines.
Monflanquin : le manuel du parfait manipulateur
Jean et Ghislaine Marchand, le 17 septembre 2012, à Paris.
Monflanquin : "Même un procès ne peut pas clore une histoire comme celle-là"
Le chateau de la famille de Védrines, à Monflanquin (Lot-et-Garonne), dont onze membres ont vécu reclus, victimes d'un gourou, de 2001 à 2008.
L'affaire des reclus de Monflanquin en procès à Bordeaux