Voir la vidéo
FRANCE 2

Grasse : le retour au lycée, dans l'appréhension

Rassurer, accompagner. Le retour au lycée de Grasse (Alpes-Maritimes) n'est pas facile, quatre jours après la fusillade. Ce matin, lundi 20 mars, des policiers patrouillent et les sacs sont brièvement fouillés. Les lycéens ont envie de se retrouver pour être plus forts, surtout les élèves de la classe de Killian, le tireur. "C'est sûr que ça va faire une chaise vide en cours et puis avec le temps, on va juste passer à autre chose", explique ce lycéen.

Une prise en charge psychologique est mise en place

À l'intérieur, une prise en charge psychologique est mise en place pour les élèves, le personnel, mais aussi les enseignants. Malgré ce dispositif, pour certains, la tension est trop forte. "Ça fait un traumatisme à vie, je pense", estime cette jeune femme. "Forcément, ça va être compliqué, mais on va y arriver", ajoute une autre. Le proviseur, blessé par balle n'était pas là aujourd'hui. Il reprendra son poste dans 15 jours.