(PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Disparition de Maëlys : "Un homme détient les clés de cette affaire", affirme l'avocat des parents

Plus de deux semaines après la disparition de Maëlys, 9 ans, lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère), l'avocat des parents de la petite fille, Fabien Rajon, a affirmé lundi 11 septembre dans la matinée sur France Bleu Isère que l'homme de 34 ans suspecté de l'avoir enlevée détenait "les clés de cette affaire". Le comportement de cet homme avait intrigué les parents pendant le mariage.

Le suspect a notamment parlé à Maëlys pendant la soirée. "Ça fait partie des éléments de motivation qui ont encouragé les parents à prendre la parole par mon intermédiaire", a expliqué Fabien Rajon. "Au cours de cette soirée, il a eu une attitude quelque peu étonnante."

"Pendant le mariage, il est allé discuter avec la petite Maëlys"

L'avocat des parents de Maëlys a pointé "toutes les incohérences" dans la défense et dans le comportement de cet individu. "Il y a l'ADN de Maëlys sur la voiture, la thèse d'un petit garçon blondinet qu'il a évoquée et qui serait monté dans la voiture et qui a priori n'existe pas, les parents de Maëlys me l'ont encore confirmé. La question également des vêtements de cet individu, qui auraient disparu, le lavage méticuleux de son véhicule, quelques heures après le mariage", a détaillé Fabien Rajon.

L'attitude "quelque peu suspecte" de l'homme pendant le mariage interpelle également les parents de Maëlys. "Pendant le mariage, il est allé discuter avec la petite Maëlys", a expliqué Fabien Rajon, qui rapporte aussi que la petite fille l'a désigné dans la soirée comme étant "son tonton, son copain".

"Notre objectif c'est de savoir ce qui est arrivé à Maëlys"

Mais c'est surtout l'attitude de l'homme au début des recherches qui le rend suspect aux yeux des parents. "Quand les parents se rendent compte que Maëlys a disparu, la maman appelle au secours, les gens lancent des recherches dans la panique et la confusion mais la maman tombe aussi sur cet individu qui ne se sent pas vraiment concerné et qui ne va pas participer aux recherches", a expliqué Fabien Rajon.

"Un homme détient les clés de cette affaire et, au regard du temps qui s'écoule, on ne peut pas attendre. L'objectif pour nous, ce n'est pas de renvoyer un mis en examen devant une cour d'assises, ce n'est pas notre objectif à court terme. Notre objectif c'est de savoir ce qui est arrivé à Maëlys", a ajouté l'avocat. L'homme suspecté de l'enlèvement de Maëlys a été mis en examen, mais nie toute responsabilité ou complicité dans la disparition de l'enfant.

plus