A gauche de l\'échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Yannick Jadot sont tous les trois candidats à l\'élection présidentielle.
A gauche de l'échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon et Yannick Jadot sont tous les trois candidats à l'élection présidentielle. (AFP / FRANCEINFO)

Revenu universel, nucléaire, GPA... Ce que Mélenchon, Hamon et Jadot pensent de 17 propositions phares

Combien y aura-t-il de candidats de gauche au premier tour de l'élection présidentielle ? Les militants écologistes se sont prononcés, jeudi 16 février, en faveur d'un dialogue de leur candidat Yannick Jadot avec Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Cette première étape pourrait amener le candidat écologiste à retirer sa candidature, pour favoriser le rassemblement de la gauche. En attendant un éventuel accord, franceinfo se penche sur ce qui sépare les trois candidats à travers 17 mesures phares.

Instaurer un revenu universel

La promesse d'un revenu universel pour tous est la mesure phare de Benoît Hamon. Yannick Jadot souhaite également l'instauration d'un revenu universel de 535 € par mois, possiblement dès la naissance. Jean-Luc Mélenchon est en revanche totalement opposé à l'idée, qu'il qualifie de "trappe à pauvreté". Il refuse de "se résigner à l’idée que l'on travaille pour souffrir".

Revenir à la retraite à 60 ans

Jean-Luc Mélenchon envisage de rétablir la retraite à 60 ans, avec quarante annuités pour une retraite complète. Yannick Jadot et Benoît Hamon se positionnent différemment, et préfèrent renforcer le compte pénibilité. Ce dispositif du quinquennat Hollande a été conçu pour permettre aux personnes ayant eu des carrières longues et pénibles de partir plus tôt à la retraite.

Réduire le temps de travail

Jean-Luc Mélenchon voudrait "favoriser le passage à 32 heures" et accorder une sixième semaine de congés payés. Sans évoquer de chiffre, Yannick Jadot souhaite "favoriser la réduction du temps de travail, sur la semaine ou sur plusieurs années". Benoît Hamon maintient la durée légale à 35 heures, mais propose d’organiser la baisse du temps de travail avec un droit inconditionnel au temps partiel.

Abroger la loi Travail

Les trois candidats se sont tous les trois prononcés en faveur d'une suppression de la loi El Khomri. Benoît Hamon et Yannick Jadot souhaitent cependant conserver le Compte personnel d'activité.

Fusionner l’impôt sur le revenu avec la CSG

Yannick Jadot et Benoît Hamon préconisent une fusion de la CSG et de l'impôt sur le revenu. L'idée serait d'avoir un seul et même impôt, progressif comme l'IR et à assiette large comme la CSG. Jean-Luc Mélenchon se prononce contre cette réforme, qui pourrait selon lui affaiblir le financement de la protection sociale. Il souhaite plutôt rendre la CSG progressive et veut élargir le barème de l'impôt sur le revenu à 14 tranches.

S’affranchir des règles budgétaires européennes

Les trois hommes dénoncent l'austérité et souhaitent revoir les règles fixées en matière de dette par le Pacte de stabilité et de croissance européen, notamment la règle des 3% de déficit. Benoît Hamon souhaite exclure du calcul du déficit les dépenses de défense et d’investissement, tandis que Yannick Jadot réclame un plan d'investissement européen.

Sortir du nucléaire

Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon veulent tous les deux sortir du nucléaire, avec l'objectif de parvenir à 100% d’énergies renouvelables en 2050. Benoît Hamon est moins ambitieux pour l'instant. Il reprend à son compte l'engagement de François Hollande de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire à l'horizon 2025, et se prononce pour une sortie progressive avec la fermeture des centrales en fin de vie.

Interdire le diesel

Benoît Hamon voudrait interdire la commercialisation de voitures diesel à l'horizon 2025. Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot partagent aussi cet objectif, sans pour autant fixer une année.

Ouvrir la PMA à toutes les femmes

Les trois candidats s'engagent en faveur de l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes, hétérosexuelles comme homosexuelles.

Légaliser la GPA

Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se prononcent contre la gestation pour autrui. Yannick Jadot souhaite ouvrir le débat. "Il est contre la GPA dans un cadre marchand, mais veut ouvrir la réflexion d'une GPA dans un cadre gratuit et familial", explique à franceinfo son directeur de campagne Alexis Braud. 

Autoriser l'euthanasie

Les mots peuvent varier, mais la position sur l'euthanasie reste la même. Les trois candidats se prononcent pour le droit à une aide médicale pour "mourir dans la dignité".

Légaliser le cannabis

Les trois candidats proposent de légaliser l'usage et la commercialisation du cannabis.

Elire les députés à la proportionnelle

Les trois hommes souhaitent une VIe République, mais n'ont pas tous la même vision de la réforme des institutions. Par exemple, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon proposent une proportionnelle intégrale pour élire les députés. Benoît Hamon n'évoque qu'une "dose" de proportionnelle.

Limiter le cumul des mandats dans le temps

Benoît Hamon souhaite limiter le cumul dans le temps à trois mandats identiques consécutifs. Jean-Luc Mélenchon est également favorable à une mesure de non-cumul dans le temps. Dans le même esprit, Yannick Jadot envisage "une sorte de crédit citoyen, de permis à points pour traiter à la fois le cumul dans le temps et dans l'espace", indique Alexis Braud.

Recruter des policiers et des gendarmes 

Jean-Luc Mélenchon souhaite 10 000 recrutements du côté des forces de l'ordre. Benoît Hamon propose de remplacer tous les départs à la retraite et de créer 1 000 postes par an, soit environ 5 000 sur le quinquennat. Yannick Jadot s'engage également sur des recrutements, sans fournir d'objectif chiffré.

Lier un partenariat avec la Russie 

"J'ai toujours considéré qu'il fallait avoir la Russie comme partenaire", a expliqué au Parisien Jean-Luc Mélenchon. Cette position russophile est fortement critiquée par les deux autres candidats. Benoît Hamon a notamment dénoncé sur RTL une "forme d'attitude et de complaisance à l'égard de Vladimir Poutine".

Sortir de l'Otan

Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot veulent sortir complètement de l’Alliance atlantique. Le premier souhaite se tourner vers une défense nationale, le second préconise une défense européenne. Benoît Hamon propose, pour sa part, que la France demeure dans le commandement intégré de l'Otan.

plus