Voir la vidéo

DIRECT. La fermeture de la centrale de Fessenheim "aura lieu", assure Nicolas Hulot sur France 2

La fermeture de la centrale de Fessenheim "aura lieu", a assuré Nicolas Hulot, jeudi 18 mai. "C'est le dernier acte politique de Ségolène Royal et j'ai promis de préserver cet acquis", a lancé le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, sur le plateau du "20 heures" de France 2. Interrogé sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, contre lequel il s'est opposé, Nicolas Hulot se dit "convaincu" qu'il "existe d'autres alternatives" et affirme que "toutes les options sont sur la table""Il y a probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres", selon lui.

  Les ministres derrière les candidats de la majorité présidentielle. Pas question pour Bruno Le Maire ou Gérald Darmanin de soutenir les candidats des Républicains aux élections législatives, a assuré Christophe Castaner à l'occasion de son premier point presse à l'issue du Conseil des ministres : "Chacune et chacun d'entre nous doit soutenir les candidats de la majorité présidentielle, parce que nous avons tous comme objectif d'être ministres au-delà de l'élection législative", a-t-il expliqué. 

 "Un sujet extraordinairement compliqué." A peine installé, voilà un premier dossier brûlant qui revient sur la table du Premier ministre : le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes. "Aujourd'hui, on n'est pas en mesure de prendre un choix éclairé", a insisté Edouard Philippe sur France Inter. Il a confirmé la nomination d'un "médiateur" pour prendre une décision "claire et assumée". C'était l'une des promesses d'Emmanuel Macron pendant sa campagne.

Une équipe paritaire. Avec 11 femmes et 11 hommes, en comptant les ministres et les secrétaires d'Etat (mais pas le Premier ministre), le gouvernement d'Emmanuel Macron est, comme annoncé, paritaire. Mais les trois ministres d'Etat sont des hommes, et la seule femme qui dirige un ministère régalien est Sylvie Goulard (ministre des Armées). Découvrez les profils des 22 ministres et secrétaires d'Etat.

Suivez le live et réagissez en direct
#GOUVERNEMENT

14h05 : Voici des images de la visite d'Emmanuel Macron à un bataillon de soldats français de l'opération Barkhane, à Gao au Mali.

(FRANCE 2)

14h00 : Voici l'essentiel de l'actualité :


L'enquête pour viol menée en Suède contre Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, est classée sans suite.

Nous l'indiquions plus tôt, Emmanuel Macron veut moins de ministres et moins de conseillers ministériels. Dans un décret publié ce matin au Journal officiel, le président réduit à dix le nombre de collaborateurs du cabinet d'un ministre. Mais combien en avait-il, lui, du temps où il était à Bercy ? Pas moins de 25 ! Retrouvez plus d'infos sur ce sujet dans notre article.

Le conseil municipal de Mandres-en-Barrois (Meuse) a confirmé hier soir, par un vote très serré, la cession du Bois-Lejuc à l'Agence nationale de gestion des déchets nucléaires (Andra). Une victoire pour les partisans du projet d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Cigéo). Franceinfo fait le point sur ce dossier épineux.

Les Iraniens ont commencé à voter à l'élection présidentielle. Celle-ci oppose principalement le président modéré sortant, Hassan Rohani, au religieux conservateur Ebrahim Raissi.

12h37 : Jamais ils n'avaient été aussi nombreux. Un ministre sur deux du gouvernement d'Edouard Philippe est issu de la société civile. Avec mes collègues Margaux Duguet et Geoffrey Lopes, nous avons interrogé quatre anciens ministres qui n'étaient pas issus du monde politique pour leur demander de nous raconter les grandes difficultés de ce milieu. C'est à lire ici.



(MAXPPP / AFP)

12h10 : Voici ce qu'il faut retenir de l'actualité de ce matin :



  • L'enquête pour viol menée en Suède contre Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, est classée sans suite, annonce le parquet.


  • Nous l'indiquions plus tôt, Emmanuel Macron veut moins de ministres et moins de conseillers ministériels. Dans un décret publié ce matin au Journal officiel, le président réduit à dix le nombre de collaborateurs du cabinet d'un ministre. Mais combien en avait-il, lui, du temps où il était à Bercy ? Pas moins de 25 ! Retrouvez plus d'infos sur ce sujet dans notre article.


  • Le conseil municipal de Mandres-en-Barrois (Meuse) a confirmé hier soir, par un vote très serré, la cession du Bois-Lejuc à l'Agence nationale de gestion des déchets nucléaires (Andra). Une victoire pour les partisans du projet d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Cigéo). Franceinfo fait le point sur ce dossier épineux.

11h23 : Nous l'indiquions plus tôt, Emmanuel Macron veut moins de ministres et moins de conseillers ministériels. Dans un décret publié ce matin au Journal officiel, le président réduit à dix le nombre de collaborateurs du cabinet d'un ministre. Mais combien en avait-il, lui, du temps où il était à Bercy ? Pas moins de 25 ! Retrouvez plus d'infos sur ce sujet dans notre article.


 music video hold on so what en vogue GIF





11h06 : Pour information, un article au titre identique, "Osons le big bang démocratique", signé Nicolas Hulot, est paru dans le livre collectif dirigé par Benoît Hamon et Yannick Jadot en mars dernier. Nous nous contenterons de ces 15 pages ;-)

11h05 : Je vous disais ce matin que les éditions LLL renonçaient à éditer le livre de Nicolas Hulot, devenu mercredi ministre de la Transition écologique et solidaire. L'ouvrage avait été provisoirement nommé Osons le big bang démocratique. Comme nous le rappelle @Camille Dupuy, l'écologiste avait déjà publié un texte portant ce nom (que vous retrouverez ici en .pdf.)

09h56 : Pour le premier déplacement de @bayrou, à Pau, toutes les visites se font "hors presse"

09h55 : Pour son premier déplacement en tant que garde des Sceaux, François Bayrou se rend en terrain connu : dans sa ville de Pau ! L'annonce de ce voyage est tombée dans la matinée dans les rédactions qui, de toute façon, sont écartées de la majorité du programme, relève une journaliste des Jours.

09h45 : Sous le régime de l'état d'urgence depuis les attentats du 13 novembre 2015, la France doit-elle en sortir ? "Il faudra en sortir" mais "peut-être pas juste après la formation du gouvernement", estime le nouveau ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, ce matin, sur RTL. Il affirme que ce sera le sujet du prochain conseil de défense. Ces réunions sur la défense du pays seront désormais organisées chaque mercredi à l'Elysée après le Conseil des ministres.

(RTL)

09h34 : Vous ne pourrez pas lire Osons le big bang démocratique, le dernier livre de Nicolas Hulot. Avec sa nomination en tant que ministre de la Transition écologique et solidaire, les éditions Les liens qui libèrent annoncent l'annulation de la sortie de l'ouvrage, tweete une journaliste du Bondy Blog.

09h15 : Voici ce qu'il faut savoir de l'actualité de ce matin :



  • Le conseil municipal de Mandres-en-Barrois (Meuse) a confirmé hier soir, par un vote très serré, la cession du Bois-Lejuc à l'Agence nationale de gestion des déchets nucléaires (Andra). Une victoire pour les partisans du projet d'enfouissement de déchets nucléaires de Bure (Cigéo). Franceinfo fait le point sur ce dossier épineux.

  • Les Iraniens ont commencé à voter à l'élection présidentielle. Celle-ci oppose le président modéré sortant Hassan Rohani au religieux conservateur Ebrahim Raissi.


  • L'accueil réservé à la nouvelle équipe gouvernementale est positif. Les Français se disent à 66% "satisfaits" de la composition du gouvernement d'Edouard Philippe, selon un sondage Odoxa, réalisé pour franceinfo. Un avis majoritairement partagé chez les sympathisants de droite (70%) comme chez ceux de gauche (58%). Le plébiscite atteint 95% du côté des sympathisants de La République en marche.

09h08 : Pour rappel, nous avons listé dans cet article les ministères rayés de la carte par le premier gouvernement d'Emmanuel Macron.

09h07 : "Dans un monde où, hélas, en France nous avons vécu des attentats, alors même qu'il y a des victimes de catastrophes naturelles, des victimes d'accidents collectifs, qui ont besoin d'être aidés (...), il faut une incarnation politique [de ce service de l'Etat]."

Invitée de Radio Classique, l'ancienne secrétaire d'Etat à l'Aide aux victimes a regretté la disparition de son portefeuille ministériel, à l'occasion de la formation du premier gouvernement du quinquennat d'Emmanuel Macron.

08h49 : .@jmblanquer : "Je suis très fier d'avoir été directeur de l'#Essec. @JLMelenchon le sait, lui qui est venu il y a 2 mois" #le79inter

08h54 : Le nouveau ministre, ancien directeur de l'Essec, a également répondu à une pique de Jean-Luc Mélenchon, qui déplorait qu'on veuille "gérer l'Education nationale comme une école de commerce". Jean-Michel Blanquer rappelle que le candidat avait reçu un bel accueil des élèves lors de la campagne dans cette même école.

08h45 : "Il faut évidemment répandre des sentiments positifs, de l'optimisme, de l'amour de son pays." Invité de France Inter, le nouveau ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a évoqué sa vision du rôle de l'école dans l'apprentissage du patriotisme, pas si éloignée de celle de la droite lors de la présidentielle. "Ça ne veut pas dire que notre pays a été formidable dans toute son histoire", nuance-t-il.

(FRANCE INTER)

08h15 : "On a toujours été respectueux avec les journalistes pendant la campagne (ce n'est pas chez nous qu'ils étaient hués ou bousculés), le procès est assez injuste", a ajouté cette source, interrogée par franceinfo après que l'Elysée a choisi les journalistes accrédités au Mali.

08h16 : Les médias craignent qu'Emmanuel Macron ne verrouille sa communication après que l'Elysée a sélectionné les journalistes qui accompagneront le président dans son premier déplacement au Mali. "On se propose simplement d'élargir aux rubricards la couverture des déplacements du président de la République (il est assez paradoxal d'exclure les journalistes Défense d'un déplacement sur les sujets défense parce qu'ils ne sont pas 'accrédités Elysée')", a réagi, pour franceinfo, un membre de l'entourage du chef de l'Etat.

07h46 : Pouvez-vous nous parler de la mise en examen de François Bayrou. Pris quand même au gouvernement.

07h24 : Emmanuel Macron a réduit le nombre de collaborateurs dans les cabinets ministériels. Par décret, le président de la République a revu à la baisse les effectifs : dix membres pour le cabinet d'un ministre, huit pour celui d'un ministre délégué et seulement cinq pour celui d'un secrétaire d'État.

07h02 : Dans les kiosques ce matin, Libération prédit des discussions animées en Conseil des ministres. En titrant "Clash en stock à l'Elysée", le quotidien rappelle que les dossiers de Notre-Dame-des-Landes, du Ceta ou de la CSG pourraient agiter le gouvernement.

(LIBERATION)

06h39 : L'accueil réservé à la nouvelle équipe gouvernementale est positif. Les Français se disent à 66% "satisfaits" de la composition du gouvernement d'Edouard Philippe, selon un sondage Odoxa, réalisé pour franceinfo. Un avis majoritairement partagé chez les sympathisants de droite (70%) comme chez ceux de gauche (58%). Le plébiscite atteind 95% du côté des sympathisants de La République en marche.

Le premier conseil des ministres présidé par Emmanuel Macron a eu lieu le 18 mai 2017, à Paris.

(AFP)

07h39 : Voici ce qu'il faut savoir de l'actualité de ce matin :



  • Les Iraniens ont commencé à voter à l'élection présidentielle. Celle-ci oppose le président modéré sortant Hassan Rohani au religieux conservateur Ebrahim Raissi.

  • C'était une promesse d'Emmanuel Macron : dans le gouvernement d'Edouard Philippe, onze des vingt-deux ministres n'ont jamais fait de politique. Franceinfo a demandé à quatre anciens ministres issus de la société civile de raconter les difficultés auxquelles ils ont dû faire face.


  • Sept Français sur dix (69%) jugent favorablement la nomination d'Edouard Philippe au poste de Premier ministre et la composition de son gouvernement, selon un sondage Odoxa pour France Info.


  • Selon un sondage Harris Interactive pour France Télévisions, Jean-Luc Mélenchon arriverait largement en tête au premier tour dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, balayant le candidat socialiste sortant.

23h14 : Une dernière lecture et au dodo ? Voici une sélection de nos meilleurs articles du jour :

• L'interview par Louise Hemmerle du politologue américain Allan Lichtman, qui estime que "Donald Trump se dirige droit vers une procédure de destitution".

• L'analyse d'Anne-Laure Baral sur le numéro d'équilibriste de Nicolas Hulot, qui risque de se trouver coincé "entre un Premier ministre pro-nucléaire et des associations écologistes qui attendent beaucoup de son action".

• Le résumé du procès de Francis Heaulme, par Violaine Jaussent.

23h06 : #NOTRE_DAME_DES_LANDES Que pense vraiment Emmanuel Macron du projet d'aéroport près de Nantes ? Alors qu'un médiateur doit être nommé dans ce dossier, cette vidéo montre à quel point sa position semble changeante.





(FRANCEINFO)

22h28 : @kira : Il s'agit d'une manière de légiférer rapidement, sans s'attarder devant le Parlement, comme nous vous l'expliquons ici.

22h28 : Pouvez vous preciser ce qu est exactement «par ordonnance» svp

22h21 : De leur côté, les services de Gérald Darmanin indiquent que le ministre de l'Action et des Comptes publics va recevoir les organisations syndicales représentatives de la fonction publique, la semaine prochaine. Durant la campagne, Emmanuel Macron a jugé possible de "ne pas renouveler 120 000 postes de fonctionnaires" durant le quinquennat.

22h19 : Edouard Philippe a pris contact avec les principales organisations syndicales et patronales, cet après-midi et ce soir, en leur faisant part de "l'importance qu'il accorde au dialogue social", selon son entourage. Dans l'ordre, il a appelé Laurent Berger (CFDT), Jean-Claude Mailly (FO), Pierre Gattaz (Medef), Pierre Burban (UPA), Philippe Martinez (CGT), François Asselin (CGPME) et Luc Bérille (Unsa).

22h12 : "Emmanuel Macron dit : 'Je vais gouverner par ordonnances.' Mais c'est mon projet !"

Invité de "L'Emission politique", l'ancien candidat à la primaire de la droite estime que le nouveau président s'est inspiré de son projet, où il prévoyait effectivement de gouverner par ordonnances durant les six premiers mois de son éventuel mandat.

21h55 : Le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, est à présent sur le plateau de "L'Emission politique". Il estime que le camp socialiste s'est montré "misérable" durant la campagne, du fait notamment de "trahisons". Vous pouvez regarder son intervention ici.

21h42 : "C'est un homme qui a beaucoup de mal à intégrer la logique des rapports de force."

Sur France 2, Jean-Luc Mélenchon estime que Nicolas Hulot, coupable de "naïveté", a commis une "lourde erreur" en acceptant d'intégrer le gouvernement composé par Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

21h38 : Comment Marlène Schiappa appréhende-t-elle son rôle au sein du gouvernement ? Réponse à coup de gastronomie mancelle : "Je suis là pour servir les gens, pas pour me servir. Si je peux instaurer que, dans mon ministère, on mange des sandwichs aux rillettes et pas des open-bars de je ne sais quoi, je le ferai !"

21h32 : A quoi ressemblent les premières heures de la vie d'un membre du gouvernement ? Notre journaliste Sandrine Etoa-Andegue a suivi la nouvelle secrétaire d'État à l'Egalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, qui lui a donné rendez-vous au McDonald's du Mans, avec ses enfants.




(SANDRINE ETOA-ANDEGUE / RADIO FRANCE)

21h03 : C'est parti pour "L'Emission politique", sur France 2. Cette édition spéciale baptisée "France, la nouvelle donne" verra notamment Christophe Castaner, Jean-Luc Mélenchon, Benoît Hamon, Jean-François Copé ou encore Gilbert Collard intervenir à l'antenne. Vous pouvez la regarder ici.


20h38 : Si vous l'avez manquée, voici l'interview de Nicolas Hulot dans son intégralité.




(FRANCE 2)

20h32 : L'interview de Nicolas Hulot sur France 2 se termine avec le dossier du nucléaire. "La fermeture de Fessenheim aura lieu, dans la concertation", promet-il.

20h32 : Interrogé sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, auquel il est opposé, Nicolas Hulot se dit "convaincu" qu'il "existe d'autres alternatives" et affirme que "toutes les options sont sur la table". "Il y a probablement une autre option qui permettra de satisfaire les intérêts des uns et des autres", selon lui.

20h29 : "La clé du succès dans la nature est la diversité, c'est vrai en politique."

Sur France 2, le numéro trois du gouvernement estime qu'il ne va pas être "l'écolo de service" dans le gouvernement et que le président et le Premier ministre vont l'"aider" à défendre ses convictions.

20h36 : "L'espoir est une folie nécessaire." Nicolas Hulot estime que le second tour de la présidentielle donnait le choix entre "céder au désespoir ou voter pour l'espoir". "Je suis dans un état d'esprit d'y croire", ajoute-t-il, estimant que "le temps viendra" de se demander s'il avait "raison".




(FRANCE 2)

20h25 : "J'ai peur de décevoir."

Le militant écologiste explique avoir "demandé de la tolérance" à ses partenaires associatifs pour ses débuts au gouvernement.

20h25 : "On sent peser sur nos épaules une sorte d'espoir, d'espérance."

Quelques heures après un premier Conseil des ministres "émouvant", Nicolas Hulot confie ne "pas avoir le droit de décevoir" les Français.

20h16 : Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, est l'invité du "20 heures" de France 2. Vous pouvez regarder son interview dans notre direct.

20h10 : Il est 20 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

Les 22 ministres et secrétaires d'Etat ont assisté à leur premier Conseil des ministres, à l'Elysée. Le nouveau porte-parole, Christophe Castaner, a prévenu : "Chacun d'entre nous doit soutenir les candidats de la majorité présidentielle" aux législatives.


• Bernard Tapie a été définitivement condamné à rembourser les 404 millions d'euros qu'il avait obtenus en 2008 dans le cadre du litige qui l'oppose au Crédit lyonnais sur la vente d'Adidas.


• Une personne a été tuée et 22 autres blessées à Times Square, après qu'une voiture roulant à contresens a heurté des piétons. La police privilégie la piste d'un accident de la circulation plutôt que la piste terroriste.


Un procureur spécial a été nommé pour enquêter sur les liens éventuels entre la Russie et l'équipe de campagne de Donald Trump. Le président américain a réagi sur Twitter en dénonçant une "chasse aux sorcières".

19h46 : Dans ce même article du Monde, on apprend que l'équipe de Yann Barthès a reçu "des menaces de boycott et des pressions directes" après qu'un de ses journalistes a posé une question à Emmanuel Macron comparant la Rotonde et le Fouquet's. L'animateur de "Quotidien", sur TMC, se serait même fait traiter de "gros connard" et de "débile profond" par le chef de la com' du candidat.

19h55 : En matière de communication, le quinquennat d'Emmanuel Macron s'annonce radicalement différent de celui de François Hollande. Un long article du Monde détaille comment l'Elysée entend tenir les journalistes à distance, avec une com' à la Barack Obama, "cadenassée à triple tour".

19h30 : Une quinzaine de sociétés de journalistes, des directeurs de rédaction et l'organisation Reporters sans frontières interpellent Emmanuel Macron. Dans une lettre ouverte relayée par Libération, ils protestent contre l'organisation de sa communication, concernant notamment le choix des journalistes l'accompagnant dans son déplacement au Mali. Précisions dans notre article.

20h01 : Le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, sera l'invité du "20 heures" de France 2, ce soir. Il répondra aux questions de Julian Bugier.

19h13 : "Il apporte sa notoriété, son image, sa crédibilité environnementale à ce gouvernement, il est en droit et même en devoir d'obtenir en contrepartie des garanties sur le fait que ses propres convictions seront respectées au sein de ce gouvernement."

Dans "C à vous", sur France 5, Ségolène Royal estime que Nicolas Hulot a présenté des "exigences" au moment de rejoindre le gouvernement.


plus