FRANCE 2

VIDEO. "Non, il n'y a pas eu de consigne pour voter François de Rugy", affirme la députée Aurore Bergé

La parité revendiquée par le parti d'Emmanuel Macron ne serait-elle qu'un leurre ? S'il y a 39% de femmes à l'Assemblée, aucune n'est à la tête d'un groupe parlementaire. La République en marche (LREM)  n'a pas donné l'exemple puisque son groupe est présidé par Richard Ferrand  Et c'est encore un homme, le député LREM, François de Rugy, qui a été élu président de l'Assemblée nationale, mardi 27 juin. Interrogée mercredi 28 juin sur France 2, la députée des Yvelines Aurore Bergé a affirmé qu'il n'y avait pas eu "de consigne" de vote au sein de La République en marche.

"Il y a eu un vote à bulletins secrets"

Si l'élue a reconnu qu'il avait encore du chemin à faire, elle a déclaré que des votes avaient "eu lieu, notamment pour la présidence de l'Assemblée nationale. Dans notre groupe, on présentait deux hommes et deux femmes. Il y a eu un vote, un débat, un vote à bulletins secrets et c'est un homme qui a été choisi". Sans consigne ? "Non, il n'y a pas eu de consigne pour voter François de Rugy. C'est un vote à bulletins secrets qui a eu lieu, il a été élu dès le premier tour. Je pense vraiment qu'il y a une adhésion au projet qu'il a présenté."

Aurore Bergé a aussi estimé que La République en marche ne déméritait pas en terme de parité. "Il y a [dans ce parti] 47% de femmes, donc on va au-delà" de la moyenne de l'Assemblée, a-t-elle. Et la députée des Yvelines d'assurer : "Il y a des femmes qui auront des postes à responsabilités pour les présidences des commissions. (...) Il y aura une féminisation qui va être très visible au sein de l'Assemblée nationale."

plus