Le député (LR) de Paris  Pierre-Yves Bournazel  pose à son arrivée à l\'Assemblée nationale, le 19 juin 2017 à Paris.
Le député (LR) de Paris  Pierre-Yves Bournazel  pose à son arrivée à l'Assemblée nationale, le 19 juin 2017 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

VIDEO. Les Constructifs devront "tirer les leçons" des "différences avec la droite identitaire", selon Bournazel (LR)

"Il y a une droite identitaire avec lesquelles nous avons des différences fondamentales", a estimé Pierre-Yves Bournazel samedi 1er juillet sur Franceinfo. "Il faudra peut-être dans les prochaines semaines en tirer toutes les leçons", en a déduit le député Les Républicains de Paris, qui siége parmi le groupe des "Républicains constructifs" à l'Assemblée nationale (disposés à soutenir le gouvernement d'Edouard Philippe). 

" Le durcissement de la ligne politique fait le jeu du FN "

"En 2002, la droite et le centre c'était 360 députés; en 2007, 300; en 2012, après la défaite de Nicolas Sarkozy, 200; aujourd'hui le groupe républicain stricto sensu, c'est 100 députés à peine. Est-ce que le durcissement de la ligne politique ça marche? Electoralement, ça ne marche pas, ça fait le jeu du FN et de l'extrémisme politique, moi je veux d'abord défendre mes idées", a-t-il souligné.

"Je veux d'abord me battre pour l'intérêt de la France avant de me battre pour un parti ou une boutique personnelle" a encore insisté celui qui était juppéiste pendant la primaire des Républicains.

Alors que l'exclusion des "constructifs" sera étudiée lors d'un bureau politique des Républicains le 11 juillet, Pierre-Yves Bournazel a estimé qu'il y avait "deux façons de faire de la politique, jeter les anathèmes sur ceux qui ne pensent pas comme vous ou se respecter". "Je respecte la ligne d'Eric Ciotti" [député LR qui a demandé leur exclusion] "mais ce n'est pas la mienne, c'est une ligne profondément identitaire, toujours sur les mêmes sujets, ce n'est pas la ligne libérale-sociale à laquelle je crois, profondément européenne et humaniste".

plus