Un TGV à Belfort (Bourgogne-Franche-Comté), en 2013. Image d\'illustration.
Un TGV à Belfort (Bourgogne-Franche-Comté), en 2013. Image d'illustration. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Charente-Maritime : le TGV Paris-La Rochelle qui a heurté un bloc de béton hier soir a pu finir son trajet avec 1h15 de retard

La SNCF a porté plainte, dimanche 16 juillet, après qu'un TGV Paris-La Rochelle a heurté à une vitesse estimée à 140 km/h, un bloc de béton au niveau de Surgères, à une quarantaine de kilomètres de La Rochelle. Mais les dégâts, relativements importants sur le train, ne l'ont pas empêché de terminer son trajet avec tout de même 1 heures 15 minutes de retard.

La SNCF confirme à franceinfo qu'il s'agit "vraisemblablement d'un acte de malveillance". L'enquête a été confiée aux gendarmes de Surgères. 

Un second TGV immobilisé

Le TGV Paris-La Rochelle, immobilisé à une vingtaine de kilomètres de La Rochelle, devrait pouvoir redémarrer pour rejoindre la gare de La Rochelle à petite vitesse, c'est-à-dire à 60 km/h au lieu des 150km/h habituels. Aucun blessé n'est à déplorer, le train transportait 173 passagers.

Un second TGV reliant La Rochelle à Paris, a momentanément été arrêté par mesure de sécurité. Il est reparti dans la soirée, à 22h50, et doit arriver avec une trentaine de minutes de retard dans la capitale.